Zintrick
 
 


réflexion
©1996, SNK/ADK
74 Mbits
Neo·Geo CD


rien d'autre

 
     

En ce début d'année 1996, la réflexion est un genre assez peu représenté sur Neo·Geo, on ne trouve guère que Puzzled, Puzzle Bobble ou encore Panic Bomber. Le mois de mars arrive et un jour après Magical Drop II sur Neo·Geo, sort enfin le 22 mars un jeu qui avait prévu en cartouche mais qui sera en définitive uniquement au format CD : Zintrick. Son nom japonais est Oshidashi Jintrick. Bien que prévu uniquement sur console CD, il s'agit donc bien d'un jeu de réflexion arcade, domaine où la concurrence, à défaut d'y être aussi féroce que pour le fighting game, y est bien réelle, avec de grands noms.

Puzzle Bobble 2X
(1995, Taito)
Tetris Plus
(1995, Jaleco)
Magical Drop II
(1996, Data East)

Contrairement à ce qu'on pourrait a priori penser, Zintrick dispose d'un scénario. Tous les quatre ans, dans le royaume d'Asgard, a lieu le tournoi Zintrick. Au vainqueur reviendront richesse, célébrité et gloire. D'accord, c'est très léger, mais ce n'est pas essentiel et en plus, d'autres jeux font encore plus succinct que cela.

Le petite intro est très sommaire : un texte à l'orthographe approximative, une défilé de gouttes, c'est tout. Pas d'intro animée de folie ou autre, on est clairement en face d'un jeu conçu pour un support cartouche et encore, ne l'exploitant que faiblement.


Le système de jeu de Zintrick repose sur des gouttes de différentes couleurs qu'il faut regrouper (horizontalement, verticalement ou les deux combinés) par paquets de trois ou plus pour les faire disparaître. On reçoit les gouttes deux par deux et on dispose d'un temps limité pour les mettre dans l'ordre (bouton ) désiré puis les envoyer (bouton ). Ce principe est inspiré du célèbre Puyo Puyo que les amateurs de Mega Drive européenne connaissent sans doute mieux sous le nom de Dr Robotnik's Mean Bean Machine.

La première différence est que le jeu se joue horizontalement et non verticalement. Ici par exemple, il s'agit de trois gouttes jaunes qui sont en contact ; elles disparaissent dans la foulée.

Lorsque certaines gouttes disparaissent, les gouttes restantes se repositionnent. Elles peuvent disparaître automatiquement si on a bien prévu son coup, cela fait des réactions en chaîne. Là sont la logique et le système de base de Zintrick.

Les réactions en chaîne sont les plus intéressantes car elles "endorment" certaines gouttes, ou même envoient des boules métalliques (si la réaction en chaîne est de grande amplitude) dans le champ de jeu adverse ; il est alors assez difficile de les faire disparaître. On a donc un jeu très orienté sur les réactions en chaîne et leur utilisation pour contrer celles de l'adversaire ou pour lui ruiner sa moitié d'écran.

On trouvera cinq couleurs de base : rouge, bleu, jaune, vert et violet. Une fois que le compteur de temps arrive à zéro, la partie ne s'arrête pas, le jeu s'accélère et une sixième catégorie de goutte fait son apparition : la goutte rose.

À propos du compteur de temps, on remarquera une jauge "item" juste à côté. Elle se remplit quand on utilise la couleur préférée du personnage choisi et une fois remplie, le bouton permet de déclencher un bonus (éclairs, piques, bombe, etc). Petite parenthèse, cette jauge est plus fine si on choisit l'option "wide" pour la taille du champ de jeu, comme en témoignent les captures d'écran en fin de ce test.

Si une ligne est totalement occupée, une barrière apparaît et bloque le passage. Si on est bloqué derrière une de ces maudites barrières, le match est terminé.

Les options permettent de régler la difficulté et la taille du champ de jeu.

Comme on l'a entrevu, Zintrick se présente donc sous la forme de duels (contre un adversaire humain ou contre la machine), les réactions en chaîne d'un joueur pourrissant la moitié d'écran de son adversaire. On choisit la configuration des boutons, un personnage, et le premier duel débute dans la foulée.

Il y a huit personnages sélectionnables, chacun ayant ses spécificités, notamment un bonus dédié, comme cela a été évoqué pour la gestion de la barre "item". La plupart sont inspirés de la mythologie nordique. Une astuce disponible ici permet d'avoir quatre personnages supplémentaires.

Subberg Hungneil :
Ce culturiste s'est inscrit au tournoi uniquement pour pouvoir montrer ses muscles.
Pûkie :
Cette créature vit dans la montagne de Mímir.
Sheila Flay :
Elle est l'apprentie du dieu nordique Freyr et participe pour devenir riche.

Reusha Fino :
C'est une elfe qui veut sauver la forêt d'
Álfheimr. Elle a donc besoin d'argent.

Kaireen :
Cette Valkirie veut vaincre le trio d'Asgard.
Hawk's Eye of Iga :
Ce ninja est issu du même clan que Hanzou de la saga World Heroes.
Gimri :
C'est un troll qui ne supporte pas d'être jugé ou critiqué.

Dark Sniper :
Originaire de la planète Raguy, il a été sauvé par Kaireen et participe au tournoi pour la remercier.

Ryû Eagle :
Après avoir vaincu la Mars Corporation dans Ninja Commando, il ne parvient plus à revenir chez lui.

Fenrir :
C'est une divinité à l'apparence de loup, il est le bras droit de Roki.

Yormngand :
Autre serviteur de Roki, c'est un serpent géant.

Roki :
Son but est d'invoquer Ragnarök pour répandre la désolation.

Les temps de chargements se résument à un gros chargement au début, puis 2 ou 3 secondes pour chaque stage : on a vu bien pire.

Bien que très inspiré par Puyo Puyo, Zintrick possède sa propre originalité. Même si ce n'est pas primordial pour un jeu de réflexion, voyons à présent ce qu'il en est de sa réalisation.



Le jeu dispose de graphismes très mignons (on dit souvent kawaii) dans un style manga pour enfants. Les fonds sont assez peu variés et pas toujours très réussis. Heureusement, dans le feu de l'action on n'a pas tellement le temps de les regarder. Assez simpliste car digitalisés (un peu comme dans Puzzle Bobble 2), ils ont le mérite de ne perturber aucunement la visibilité.
Zintrick est loin d'être le plus joli jeu de la Neo·Geo, mais entre le design réussi des personnages et la très bonne visibilité, point très important pour un jeu de réflexion, il remplit son contrat fort correctement.


Dans ce type de jeu, l'animation n'a que peu d'importance. Disons juste que Zintrick est très correctement animé sans faux pas avec des explosions sympa quand on envoie des bombes. Les expressions des personnages sont bien vues et caricaturales à souhait. Voir l'adversaire pleurer avec le nez qui coule après une défaite est le genre de détail qui fait encore plus plaisir d'avoir gagné.


La bande-son est frnahcement trop répétitive avec la même musique qui revient dans la majorité des niveaux, ce qui est fatigant à la longue (même si on peut reconnaître qu'elle est réussie). Pour l'écouter, il suffit de cliquer ici. Quand le compteur de temps atteint la valeur zéro, celle-ci change et devient particulièrement stressante.
Du côté des bruitages, chaque personnage a ses propres digitalisations vocales et les gouttes se limitent à des "plop" quand elles explosent.


La jouabilité est bonne avec un système a priori compliqué mais qui se révèle à l'usage riche au niveau des tactiques, ce qui renforce la durée de vie du jeu. Lors d'une partie, il faut non seulement avoir la maîtrise de son champ de jeu mais aussi il ne faut pas quitter des yeux celui de l'adversaire. De l'état de ce dernier vont dépendre vos actions et le placement de vos réactions en chaîne.
Zintrick nécessite de réfléchir vite, mais aussi d'élaborer une tactique pour remporter la victoire ou pour survivre contre un adversaire déchaîné.


On revient régulièrement à ce jeu, les parties à deux joueurs aidant beaucoup à cela. Le jeu contre la machine n'est pas très difficile en Easy mais devient un défi de haut niveau en Hard : c'est par conséquent plutôt bien dosé.



 
Bilan
 
 

Zintrick est un très bon jeu de réflexion, peut-être le meilleur sur Neo·Geo CD aux côtés de Magical Drop II. Sa prise en main n'est pas immédiate mais par la suite le jeu se révèle très riche. Il s'agit d'un jeu fort méconnu qui mérite assurément d'être découvert.


Toujours aussi agréable, Zintrick est assez rare, par conséquent le prix s'en ressent un peu et il n'est pas toujours évident de le trouver. Il existe également des bootlegs pour Neo·Geo MVS ou AES mais ils sont dépourvus de musiques, autant les oublier.

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS