Top Hunter: Roddy & Cathy
 
 


plates-formes
©1994, SNK
110 Mbits
Neo·Geo AES


Neo·Geo MVS
Neo·Geo CD
PlayStation 2 / PSP / Wii (SNK Arcade Classics Volume 1)
Wii (Virtual Console)

 
     

Dans le monde de l'arcade, on trouve quelques titres relevant de la plate-forme, pas mal reprenant le principe de Bubble Bobble. Pour la plate-forme plus classique avec défilement horizontal, c'est moins courant, les titres de ce genre offrant une dose plus ou moins forte d'action.
Le jeu qui nous intéresse ici s'aventure donc sur un terrain assez peu concurrentiel. On notera tout de même qu'une des cibles visées tourne également sur Neo·Geo, il s'agit de Spin Master, signé Data East. C'est donc au tour de SNK de s'y essayer le 18 mai 1994 sur MVS avec Top Hunter, un jeu de plates-formes clairement orienté arcade (et pour cause). Il sort ensuite le 24 juin sur console Neo·Geo.

Spin Master
(1993, Data East)
Dyna Gear
(1993, Sammy)
Charlie Ninja
(1994, Mitchell)

Top Hunter se passe dans le futur, à une époque où l'espace à été exploré et colonisé. Divers mondes sont ainsi habités par des pionniers de l'espace. La vie y est paisible jusqu'au jour où des pirates de l'espace, les Klaptons, s'emparent des différentes colonies. Les pionniers font alors appel aux deux chasseurs les plus réputés, Roddy et Cathy. Il va falloir nettoyer le cosmos de tous ces pirates !

L'intro de Top Hunter est assez sommaire et peu inspirée en définitive : il s'agit d'une machine à sous qui finit par reconstituer les trois parties du titre. On aurait pu avoir une petite explication du scénario, par exemple.


Quant aux options, elles se résument au choix du niveau de difficulté. Après tout, cela est bien suffisant.

Sur les quatre boutons de la manette, trois sont utilisés. sert pour les coups de poing, cela permet de détruire certains éléments du décor, de frapper et éléminer des pirates ou de les assommer momentanément si on ne s'acharne pas sur eux.

Une fois KO, les ennemis peuvent être saisis, toujours avec le bouton . Une troisième et dernière pression sur ce même bouton permet de les envoyer, et éventuellement de dégommer d'autres pirates au passage. Tout cela est également valable avec un bon nombre d'objets avec lesquels les interactions sont possibles.

permet également de s'agripper à des éléments qui sont au-dessus du personnage si on le combine à la direction .

Enfin sert à sauter (on peut frapper au passage) et à changer de plan. Il existe des techniques spéciales dignes des jeux de combat (boule d'énergie, dragon punch, etc.).

Au cours des missions, on pourra prendre des armes et des engins ennemis, ce qui permet d'encaisser des coups et d'augmenter sa puissance de frappe. Il s'agit un engin à mi-chemin entre le robot et le char d'assaut.

Nos deux héros vont devoir parcourir quatre mondes - composés chacun de trois niveaux - avant d'accéder au repère des pirates. Chacun a un thème (la forêt, le feu, le vent et la glace) et à la fin, un inévitable boss : du classique, en somme. Voici ces stages présentés en quelques images. On remarquera qu'en fait ils représentent plus ou moins les quatre éléments si on assimile le vent à l'air, la glace à l'eau et la forêt à la terre. En bas se trouve une barre de progression qui permet de savoir si on est loin de la fin du niveau ou non.
Détail intéressant, la version originale MVS ne propose que deux tableaux pour chaque niveau. Tous les tableaux sont pourtant inclus, mais on ne parcourt que les deuxièmes et troisièmes, sauf pour le premier monde sélectionné.

Dans chaque niveau, on peut trouver l'entrée d'un "Bonus Game" permettant de se ravitailler en points, santé, pouvoirs, etc.

Top Hunter s'annonce donc comme un jeu de plates-formes lorgnant très clairement vers l'action, voire le jeu de combat, par moments.



Les décors de ce jeu sont vraiment très fouillés, parfois fouillis même, tellement ils sont chargés. Ils se montrent par ailleurs bien colorés... mais pas très variés : cinq thèmes différents, c'est peu. Graphismes de qualité mais répétitifs, pour résumer.


Le jeu souffre de quelques ralentissements quand de nombreux bonus apparaissent. En revanche, aucun clignotement n'est à déplorer. La démarche de nos héros est par ailleurs assez raide, cela reste sommaire. Pour finir, il y a quelques effets comme des zooms et autres déformations qui rappellent qu'on est sur Neo·Geo.


Le son est de bonne qualité avec des bruitages variés et réussis. La musique s'accorde bien aux différents mondes visités mais manque parfois un peu de puissance par rapport aux bruitages et ce, autant du point de vue du volume sonore que de l'inspiration.


La jouabilité, proche de celle d'un jeu de combat, a de quoi séduire. Malheureusement, ces coups ont tendance à mal sortir, la tolérance dans l'exécution des commandes étant des plus réduites. Cela est d'autant plus frustrant quand on n'arrive pas à sortir un coup qui pourrait sauver d'une salve d'ennemis qui ne vont pas manquer de faire payer cher le moindre raté.


Une partie dure environ une heure, ce qui est assez long. Les niveaux sont vastes mais peu nombreux (5) et peu variés. En fait, Top Hunter est artificiellement long sans vraiment se renouveler au fur et à mesure de la progression dans la partie. Sur MVS, le jeu, plus court, sera logiquement moins fatigant et plus dynamique.
Par ailleurs, finir le jeu demandera des nerfs d'acier, le niveau de difficulté étant assez élevé. À deux, il sera possible de se couvrir pour certains passages délicats.




Pas grand chose ne permet de distinguer ce Top Hunter sauce CD de son homologue sur support cartouche. Comme presque toujours, les crédits deviennent infinis et, plus notable, les musiques sont réorchestrées (celle du premier niveau du monde Forest est disponible ici).

Top Hunter est un peu plus intéressant sur Neo·Geo CD que sur console AES grâce à son prix, bien sûr, mais aussi grâce à ses crédits infinis qui le rendront moins rebutant pour les joueurs occasionnels. Ajoutons à cela l'absence de Spin Master sur ce support, ce qui réduit forcément la concurrence.


 
Bilan
 
 

Top Hunter dispose d'une réalisation très soignée et sa durée de vie est bonne, le prix pour en profiter étant de surmonter une difficulté franchement relevée. Techniquement plus séduisant et doté d'une jouabilité plus complète que Spin Master, ce bien joli Top Hunter ne sera pas nécessairement plus convaincant.


Top Hunter reste un jeu qui ne manque pas d'attrait grâce à sa réalisation, fort réussie pour 1994, qui a bien vieilli. Le défi relevé qu'il propose ainsi que la jouabilité très peu permissive risquent toutefois d'en refroidir pas mal. Une fois qu'on a bien pris le coup et qu'on est prêt à s'accrocher pour en voir la fin, on accède à un jeu très intéressant, surtout en MVS, CD, compilation ou téléchargement. Comme toujours au format AES, c'est assez cher.

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS