Super Sidekicks 2: The World Championship
 
 


football
©1994, SNK
106 Mbits
Neo·Geo AES


Neo·Geo MVS
Neo·Geo CD

 
     

Nous sommes en 1994, les Bleus ont raté leur qualification pour la Coupe du Monde aux USA en perdant face à la Bulgarie (qui finirent à la quatrième place) en encaissant un but à la dernière minute... C'est toute une nation qui est à genoux et qui pleure, conspuant ses anciens héros... Heureusement, SNK ne nous abandonne pas et pour nous réconforter sort la séquelle de son très bon Super Sidekicks !

Allez on insère la cartouche c'est parti ! Les drapeaux des 48 équipes sélectionnables s'enchaînent jusqu'à aboutir à une petite animation "The 100 Mega Shock", puis une mise en scène autour d'un Argentine - Allemagne (finale de l'Italia '90), nous arrivons à l'écran de titre, puis une démo de ce match si on n'appuie pas sur .


Au menu des options, les quatre niveaux de difficulté habituels ; des mi-temps de 1 min à 8 min ; choix de la langue (japonais, anglais, espagnol) ; et le choix de faire les touches à la main ou par coup de pied (cette subtilité m'échappe, à vrai dire).

Exhibition Game permet de jouer seul ou l'un contre l'autre un match simple. À noter que dans ce mode, on n'est pas obligé de choisir son équipe en moins de 5 secondes comme l'impose le "Game Start" qui est une Coupe du Monde composée de 7 matchs.

Les commandes sont les mêmes que dans le premier Super Sidekicks sauf qu'ici, on peut en plus utiliser le bouton qui sert à faire une courte passe en attaque et à changer de joueur en défense.

Tiens, lançons-nous dans une Coupe du Monde ! Après avoir choisi l'équipe, on peut rentrer son nom, ou tout du moins trois lettres.

Ensuite on choisit le point fort de son équipe puis il y a un toss, c'est-à-dire un pile ou face pour savoir qui va donner l'engagement. Un coup de sifflet retentit, "Kick Off!", que le match commence !

Lors d'une faute sifflée par l'arbitre, qui au passage peut être assommé par un joueur, on voit d'un côté un joueur soit blessé, KO, en train de péter les plombs, ou un entraîneur en train de donner des conseils tactiques. Et du côté du fautif on le voit protester auprès de l'arbitre tout en se faisant calmer par un coéquipier, mais s'il hausse le ton un peu trop la faute se transforme en carton. Lors des buts aussi, c'est soit l'explosion de joie avec des confettis qui volent partout et un public en délire, ou alors la détresse d'un gardien qui tape au sol de rage !

Lorsqu'un joueur se trouve entre la surface et ¼ de terrain le mot "Chance" apparaît au dessus de lui, ce qui donne droit à une vue rapprochée avec un curseur pour cadrer sa frappe. Cela est très utile à deux joueurs, mais relativement peu en solo ; 99 fois sur 100 la balle est alors captée par le gardien, à moins qu'un défenseur ne la contre. Cette vue est aussi utilisée lors des coups francs près de la surface, ou lors des penalties (le gardien vous fera un magnifique bras d'honneur s'il arrête votre tir au but).




Par rapport à la concurrence sur consoles, ils sont assez exceptionnels, surtout comparés à ceux d'un FIFA International Soccer ou d'un World Cup USA '94. Les sprites sont de taille conséquente, ils semblent à la limite être digitalisés puis recolorés pour donner un aspect dessiné. Seuls les visages ne sont pas très détaillés mais on distingue yeux, nez et bouche. Ils ne sont pas très variés, le joueur de base aux cheveux courts ou longs, le gardien qui est le même habillé différemment, après seuls les maillots, couleur de peau et de cheveux changent.
Il y a plusieurs stades et pelouses, le public est très bien fait et en grand nombre. Les diverses illustrations sont agréables à l'œil et les vues rapprochées lors de tirs, fautes, ou buts sont magnifiques.


Les joueurs bougent de manière très fluide, et semblent vraiment vivants lorsqu'ils chutent, se font accrocher ou tirent. Le public n'est pas en reste non plus il remue dans tous les sens ! Lors des vues rapprochées, l'animation est plus que correcte là aussi, une vraie prouesse vu le nombre relativement faible de Mbits de cette cartouche. Il y a quelques ralentissements minimes lors des "mêlées" de 7-8 joueurs dans la surface près des buts, mais c'est anecdotique car rare.


La musique des menus est assez dynamique et festive, à base de trompettes, elle met de suite dans l'ambiance de la grande fête du football qu'est la Coupe du Monde (on peut l'entendre ici). Pendant les matchs, s'il n'a pas de musique, le public est là pour se charger de l'ambiance. Le rendu est excellent, les supporters s'enflamment véritablement lorsqu'une équipe s'approche de la surface de réparation, ce qui fait encore plus monter l'adrénaline. Pour la finale, la foule se fait encore plus entendre tout comme lorsqu'il y'a un but d'inscrit avec un "Goal!!!" très tonique avec un petit effet d'écho qui donne des frissons. Pour le bruit des passes, tacles, et autres contacts, il sont très secs et arcade, ce qui maintient dans l'ambiance.


Les joueurs répondent au quart de tour (c'est de la Neo·Geo quand même !), si ce ne sont des fois des incohérences car un joueur près de la balle ne va pas la chercher, mais au pire on peut changer de joueur manuellement, donc rien de grave. Il faut remarquer que les tacles glissés sont relativement peu efficaces et qu'il vaut mieux, soit être dans les pieds de l'adversaire (si vous jouez en finesse), soit appuyer sur le bouton afin que votre joueur réalise une charge, un front kick, ou carrément un coup de tête (si vous jouez aux brutes et que vous ne redoutez pas les cartons).


Avec 48 équipes et une Coupe du Monde pas si facile que ça à finir, Super Sidekicks 2 en offre pas mal. Seul ou à deux, il sera une bonne occasion de se changer les idées des jeux de baston.



 
Bilan
 
 

Il y a de quoi être fan de ce jeu à l'ambiance et l'intensité incomparables et à la réalisation soignée. Il est néanmoins à déconseiller aux amateurs de simulation, ici on vise avant tout le fun : il y a seulement des équipes nationales, ce ne sont pas les vrais noms de joueurs, les fautes très violentes ne sont pas toujours sifflées et les scores sont souvent fleuves. En conclusion : à posséder !!!


Le jeu n'a pas trop mal vieilli, il est tellement fun qu'on ne rechigne pas à sortir la cartouche de sa boîte et à enchaîner les matchs, surtout à deux. Et puis on peut toujours se lancer des challenges tels que le finir sans utiliser de continus, sans prendre de but, en prenant l'équipe la plus faible, etc. De plus, on peut se le procurer pour une poignée d'euros, donc si vous êtes fan de football arcade, et éventuellement d'Olive et Tom, ce jeu est fait pour vous !

Dreamfab

 
     

   




 

SITES FILS