Strikers 1945 Plus
 
 


tir vertical
©1999, Psikyô
681 Mbits
Neo·Geo AES (convert, non sorti sur AES)


Neo·Geo MVS

 
     

Strikers 1945 Plus fait parti de la série des "Strikers 19..." développé par Psikyô ; une société très réputée pour ses shoot them up à la difficulté souvent abusive et à la qualité inégale. Il existe aussi d'autres jeux portant le nom de "19..." développés par d'autres firmes,mais ne nous éloignons pas trop du sujet et revenons à celui qui nous intéresse aujourd'hui : la version Neo·Geo, développée spécialement pour le système de SNK mais qui n'est pas 100% original, puisque l'on retrouve beaucoup d'éléments et de similitudes avec Strikers 1945 II, sortit deux ans auparavant

Strikers 1945
(1995, Psikyô)
Strikers 1945 II
(1997, Psikyô)
Strikers 1945 III / Strikers 1999
(1999, Psikyô)

Le jeu n'a pas d'histoire à proprement parler, mais on peut supposer qu'elle se déroule vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, étant donné la date (1945) et le nom de certains avions qui furent à cette époque de vraies légendes. Bien entendu, il n'a pour but de retracer cette période, vu l'excentricité et la modernité des boss, à moins que l'on nous aurait caché la vérité ?

Après une brève introduction silencieuse (!), on arrive à l'écran titre et là, surprise ! Pas d'options (!!), même pas au moins, un choix de difficulté. En effet, on arrive directement à l'écran de sélection des avions, et là on oublie le manque d'options puisqu'on nous propose pas moins de 6 avions (+1 caché, disponible grâce à cette manip'), ce qui est très honorable pour un shoot.


Passons en revue l'escadron qu'on nous propose selon les tirs de base, les supershots (le gros tir qu'on peut charger et cumuler) et les bombes :

P-38 Lightning :
Son tir de base est moyennement puissant associé à des missiles à têtes chercheuses, il peut cumuler 4 supershots dont la barre se remplit moyennement vite et balance 2 grappins foudroyant mais dont la portée est très faible. Sa bombe est composée de 5 avions moyens qui protègent le vôtre un moment.
   
F-5U Flying Pancake :
Son tir de base est peu puissant associé à des lasers chercheurs (eh oui, on ne peut pas parler de "têtes"), il peut cumuler 3 supershots qui se remplissent plutôt vite et qui envoient 2 lasers verticaux donnant un bon coup de balai à l'écran. Sa bombe est un gros vaisseau qui passe doucement en tirant de temps en temps.
   
Spitfire MK-VI :
Son tir de base est moyennement puissant associé à 2 missiles courte portée, il peut cumuler 5 supershots qui se remplissent assez vite et qui envoi une petite traînée de napalm. Sa bombe envoie 3 gros avions qui détruisent tout à l'écran en un instant suivi de 5 comme ceux du P-38.
   
Focke-Wulf Ta152 :
Son tir de base est puissant associé à 2 missiles puissants, il peut cumuler 3 supershots qui se remplissent lentement et qui sortent une boule électromagnétique absorbant tout sur leur passage. Sa bombe est une immense fusée qui traverse l'écran très rapidement.
   
Zero Fighter Type52 :
Son tir de base est puissant associé à 2 missiles normaux, il ne peut cumuler que 2 supershots qui se remplissent très lentement et qui balancent un missile pouvant détruire en un coup un ennemi, aussi résistant soit-il. Sa bombe est un avion géant qui tire sur tout ce qui bouge.
   
Fiat G-56 :
Son tir de base est faible associé à des petites hélices explosives, il peut cumuler 7 supershots qui se remplissent très vite et qui laissent traîner un laser vertical à l'écran. Sa bombe est composée de 3 gros avions qui protègent le vôtre assez bien.
   
Ascender :
Son tir de base est très puissant associé à des missiles qui se fixent sur l'ennemi un moment, il peut cumuler 9 supershots qui se remplissent assez vite et qui envoient des boomerangs se dirigeant directement sur l'ennemi. Sa bombe est un gros avion qui bombarde l'écran et repart illico.

Si vous avez l'œil attentif, l'Ascender apparaît furtivement lorsque vous vous placez sur la case Random, d'où l'utilité de faire le tip à cet emplacement.

Une fois votre avion sélectionné, vous êtes plongé tout de suite dans l'action, ça tire dans tous les sens ! Heureusement que les développeurs ont une la bonne idée de faire des tirs ennemis d'une autre couleur que le vôtre ; des boulettes roses pour les tirs lents et bleues pour les tirs rapides.

Il est à noter que les quatre premiers niveaux n'arrivent pas toujours dans le même ordre et que la vraie difficulté ne débute qu'une fois deux premiers stages passés. C'est-à-dire qu'on ne vous ménagera plus et vous comprendrez vite votre douleur, une fois bien échauffé sur deux stages.

Train yard
Sea ships

Pour vous aider dans vos missions, vous aurez deux bonus à disposition qui apparaîtront soit quand vous détruirez certains ennemis, soit quand vous mourrez (P) pour les Power up et (B) bien évidemment pour les bombes. Les commandes sont intuitives et relativement simples ; si vous rester appuyé sur le bouton vous tirez en rafale jusqu'à ce qu'un super shot soit stocké, et là soit vous maintenez le bouton enfoncé pour utiliser ce super shot, soit il vous faudra faire comme dans la plupart des shoots Neo, c'est-à-dire tirer en tapotant successivement sur le bouton. Le bouton , comme vous l'aurez deviné, sert à lâcher la bombe.




Ambiance de la guerre dans les tons marronnés, on a vraiment l'impression de survoler au dessus de décors très détaillés, parfois vides mais jamais unicolores et ravagés par les batailles. Les sprites sont modélisés de la même façon que Pulstar et Blazing Star, avec une fausse 3D qui rend très bien avec le décor.


On a beau dire que ce n'est pas un critère déterminant pour un shoot, mais ici, on doit avouer que c'est tout bon ! Le jeu ne souffre d'aucun ralentissement, même à deux ! De plus, l'animation des sprites façon 3D est on ne peut plus fluide.


Tirs, bombes, explosions et autres mécanismes pètent super bien et on reconnaît tout sans problème. Le tout accompagné de thèmes dits militaires comme vous pouvez l'entendre sur le stage "Sea ships". Vous pouvez jouer le son à fond sans avoir peur pour vos oreilles, ici ce n'est que du bonheur !


Pour continuer la série d'éloges, la maniabilité n'est pas en reste. Vous vous sentirez l'âme d'un pilote, tellement les avions se dirigent bien. Après, il ne faut compter que sur vos réflexes si vous voulez esquiver les salves de tirs, il n'y aura pas d'excuses là-dessus.


Huit niveaux, c'est pas mal pour un shoot ! Oui, mais qu'est-ce qu'ils sont courts... Pas de panique, Psikyô a pensé à tout : tout d'abord, aux quatre premiers niveaux, vous reprenez là où vous mourrez MAIS une fois au niveau 5, vous devrez reprendre au tout début du level si vous perdez un crédit. En plus, pour voir la vrai fin, il vous faudra refaire le tour de tout ça.



 
Bilan
 
 

Strikers 1945 Plus est un shoot 100% action et est très addictif. On y revient assez souvent pour faire du scoring et tenter de comprendre la stratégie de l'ennemi s'il y en a une, les tirs arrivant tellement vite qu'on a du mal à esquiver ou à comprendre le schéma de la salve tout en se disant qu'il doit bien y avoir un angle mort quelque part.


Le jeu n'a pas pris une ride et peut encore facilement faire face à la concurrence actuelle. Il ne démérite pas ses 681 Mbits et on sent que la Neo·Geo a craché une bonne partie de ses tripes avec ce soft. Un hit de la console à posséder de toute urgence !

noich45

 
     

   




 

SITES FILS