Street Hoop / Street Slam
 
 


basket-ball
©1994, Data East
94 Mbits
Neo·Geo CD


Neo·Geo MVS
Neo·Geo AES
Wii (Virtual Console)

 
     

Alors que l'éditeur d'Ôsaka nous a proposé deux très gros jeux pour sa Neo·Geo, à savoir The King of Fighters '94 et Samurai Shodown II, Data East tente sa chance le 8 décembre 1994 avec un titre qui apporte un peu de fraîcheur et de changement : Street Hoop. Sorti dans un premier temps au format MVS, il est ensuite disponible sur console AES le 9 décembre 1994 et en CD le 20 janvier 1995. Il s'agit d'un jeu de sport, de basket-ball à 3 contre 3 - ou streetball - pour être plus précis.

L'intro n'a rien de bien extraordinaire : quelques images défilent avec de légers effets, le tout sans aucune musique. C'est déjà plus fourni que Windjammers, penseront certains. Mais bon, justement, ce dernier a déjà prouvé que l'intérêt d'un jeu ne résidait pas dans son intro.


Une particularité de ce jeu est que le titre n'est pas le même en version européenne et américaine. Cela était déjà le cas avec un autre jeu de Data East, Karnov's Revenge / Fighters History Dynamite. Quant à la version japonaise, c'est encore un autre titre ! Dans les versions européenne et japonaise, on a des équipes nationales tandis que dans la version américaine ce sont des villes. L'autre différence est que dans la version nippone il n'y a qu'une mi-temps par match au lieu de deux.
Dans tous les cas, chaque équipe dispose de 18 points répartis en 4 compétences (dunk, paniers à 3 points, vitesse, résistance en défense).

Voici un tableau qui récapitule les différences selon le BIOS qui équipe la machine.

 
Titre
Équipes
Mi-temps
BIOS européen
Street Hoop
Nationales
Deux
BIOS japonais
Dunk Dream
Nationales
Une
BIOS américain
Street Slam
Villes des États-Unis
Deux

Les options et menus sont succins, c'est ce qu'on trouve habituellement sur Neo·Geo CD : possibilité de visionner l'intro, maniement de base, niveau de difficulté et durée d'une mi-temps.

Seuls les boutons et sont utilisés. Comme on peut s'en douter, leur fonction n'est pas la même en attaque ou en défense. sert à tirer ou à sauter. permet de passer le ballon ou de s'en emparer.

Pour marquer, on peut faire les classiques dunks ou les tirs à 3 points.

Si ces bases sont simples, les mouvements se montrent bien complets : feinte, dribble, charge, dunks divers et variés, interceptions, combinaisons... Par exemple, on peut faire semblant d'amorcer un dunk et au dernier moment, on passe le ballon. Ces techniques sont expliquées entre chaque match, alors ne les passez pas, si vous débutez.

Le jouer de Chicago prépare un reverse dunk.
Il passe le ballon au dernier moment à son coéquipier...
... qui s'empresse de faire un dunk !

Là où le jeu prend sa dimension arcade, c'est quand on s'intéresse aux barres en bas de l'écran, marquées Super Shot. Elles se remplissent à chaque fois qu'on marque.

Une fois pleines, ces barres autorisent un super tir : soit un dunk gigantesque avec un joueur qui saute à dix mètres de haut, soit un tir à 3 points. Dans les deux cas, c'est formellement imparable. Ce sera l'occasion d'envoyer valser l'autre équipe, le tout conclu par la petite provocation dans le plus pur style arcade.

Les terrains portent la griffe Data East avec une ambiance très estivale, à l'image de ceux rencontrés dans Windjammers, il y en a 5 :

Park
Playground
Gym
Beach
Street

Les temps de chargement sont plus que confortables : un gros au début puis de tout petits (1 ou 2 sec) pour chaque match.

Une ambiance à la Windjammers, un principe rappelant NBA Jam, un support de choix... Street Hoop a pas mal d'atouts pour se distinguer.



L'ensemble est assez réussi mais malheureusement il n'y a que 5 terrains, ce qui est peu. De plus, le tout manque un peu de finesse en comparaison de ce qu'on peut obtenir sur cette machine. On retrouve tout de même le style estival et décontracté de Windjammers : couleurs chaudes et flashy sont au programme.


Pas de ralentissement, ça bouge bien et vite, les super dunks sont impressionnants, rien à redire à ce sujet. Les programmeurs n'ont pas voulu animer à tout prix tous les badauds, ce qui est un bon choix.


Les bruitages sont de bonne qualité et les commentaires ("Reverse Dunk!", "Jam!"...) ne sont pas en reste. Quant aux musiques, il s'agit en fait de chansons rap. On peut en écouter une en cliquant ici. On pourra trouver que les bruitages sont un peu forts en comparaison des musiques.


Le fait que seuls deux boutons soient exploités n'est pas gênant. Les mouvements sont très nombreux et faciles à réaliser. Le seul véritable point noir est qu'en défense il est très difficile de bien placer ses joueurs et on brasse souvent de l'air au lieu d'intercepter le ballon. On ne "ressent" pas suffisamment les joueurs. Quand on joue contre la machine, cette dernière a la curieuse (mais logique, en fait !) habitude de tenter de n'importe où un panier à 3 points à la dernière seconde... et assez souvent, ça passe ! Plutôt que de râler, il vaut mieux faire la même chose même si, bien entendu, la réussite sera moins au rendez-vous. Le jeu reste très agréable : aucune faute, contacts autorisés, jeu très rapide, de quoi se prendre pour Earl Manigault dans le Bronx.


10 équipes aux caractéristiques variées, un seul tournoi, 5 terrains... C'est correct mais vraiment pas de quoi s'y perdre. Le mode à deux joueurs promet de bons moments. Il est dommage que ce dernier ne propose pas de jouer en coopération.



 
Bilan
 
 

Street Slam (ou Street Hoop, comme vous voulez) est un bon petit jeu sans prétention qui n'a d'autre but que de divertir et de permettre de souffler un peu face à tous les monuments de la baston vidéoludique qui sévissent sur Neo·Geo. En ce sens, le but est atteint et c'est une réussite. Évidemment, c'est loin d'être un grand jeu.


Toujours aussi sympa, Street Hoop n'a pas trop vieilli du fait de sa réalisation qui n'a jamais prétendu être au meilleur niveau, à l'image d'un Windjammers.
Assez cher en cartouche AES, il marquera le pas avec sa bande son certes sympahtique, mais moins réussie que sur CD. L'allergique aux chargements peu fortuné trouvera son bonheur avec le MVS, plus abordable. Quant aux possesseurs de Neo·
Geo CD ou Neo·Geo CDZ, ils auront droit à un jeu à prix d'ami, le tout avec des musiques au top.
Dans tous les cas, si vous le trouvez à prix correct, foncez !

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS