Soccer Brawl
 
 


football
©1991, SNK
46 Mbits
Neo·Geo AES


Neo·Geo MVS
Neo·Geo CD
Wii (Virtual Console)

 
     

Bien que daté d'après son écran-titre de 1991, le jeu dont il est question ici sort le 14 février 1992 en arcade puis le 13 mars sur la console Neo·Geo. Il s'agit du premier jeu de football (au sens européen du terme), il se nomme Soccer Brawl. Il ne s'inscrit pas vraiment dans la lignée des rares autres titres arcade du genre, comme Hat Trick Hero, World Soccer Finals ou le plus ancien Kick Off. Ici, l'ambiance est fututuriste et technologique, comme dans un 2020 Super Baseball.

Tecmo World Cup '90
(1989, Tecmo)
World Soccer Finals
(1990, Leland)
Hat Trick Hero
(1991, Taito)

Bienvenue à la fin du XXIème siècle. Le football, ou "soccer", est toujours un sport star mais n'est plus un sport de stars. Les êtres humains, trop fragiles (et trop contestataires vis-à-vis des règles ?), ont laissé place à des robots d'une grande brutalité et très résistants. Soccer Brawl, jeu de football futuriste de SNK, vous propose donc un petit moment d'anticipation agrémenté d'une bonne dose de bestialité.

L'intro présente rapidement le principe des joueurs cyborgs avec leurs capacités. Assez courte et basique, elle garde le mérite de mettre dans l'ambiance futuriste du jeu.


Les options proposées sont réduites au minimum : choix du niveau de difficulté et de la durée d'une mi-temps. Pas de grandes statistiques, de règles à paramétrer ou d'autres gâteries de ce style. Les commandes sont sommairement expliquées avec la présentation d'une jauge de puissance "Power Meter".
: frappe (attaque) / tacle glissé (défense)
: passe (attaque) / jeu de tête (défense)
(Power Meter à fond) : tir puissant (attaque) / coup de poing (défense)
: tacle

Les modes de jeux mis à disposition sont League Mode et VS Mode. Du côté des équipes, on en dénombre 8 : États-Unis, Allemagne, Angleterre , Espagne, Brésil, Japon, Italie et Corée. Pour la France, il faudra repasser.

Le tournoi se déroule dans deux stades possibles, construits tous les deux au XXIème siècle. Le plus ancien dispose d'herbe (synthétique, très probablement) et l'autre est clairement plus aseptisé.

Après une sympathique apparition des joueurs, on se retrouve face à une horde de brutes métalliques qui font tout pour vous déposséder du ballon. De rudes moments s'annoncent mais fort heureusement, vous disposez également d'une solide équipe de robots qui ne manqueront pas de s'opposer vigoureusement aux adversaires pour marquer quelques buts.

Du côté des règles, il n'y a plus grand chose. L'arbitre est absent du terrain, les hors-jeu un lointain souvenir et quant aux touches, elles se font bien rares.

Les tirs ne sont pas en reste avec la jauge de puissance évoquée précédemment. En la remplissant (bouton enfoncé quand on attaque) on peut accéder à des tirs ultra-puissants. Heureusement, les gardiens sont très résistants.

Un détail amusant est la diffusion de mini-histoires humoristiques durant la mi-temps, le Half Time Show. C'est l'occasion de se détendre un peu avant de retourner dans ce bain de violence et de boulons.

Il est clair que Soccer Brawl n'a rien d'un Kick Off, il puise son inspiration dans la brutalité futuriste façon 2020 Super Baseball, mais en plus poussé et plus défoulant. Sa réalisation est-elle à la hauteur des standards arcade de 1991 et 1992 ?...



Avec seulement deux terrains, on tourne très rapidement en rond, même s'ils sont propres et assez bien faits. Du côté des joueurs, le look cyborg est réussi et renforce le côté futuriste du jeu.


Quelques effets sympathiques accompagnent les super tirs de joueurs, correctement animés par ailleurs. Leurs positions sont toutefois un peu limitées et répétitives. On notera des détails amusants comme la fumée sortant de la carcasse des joueurs à la seconde mi-temps.


Les matchs sont soutenus par des musiques entraînantes et de qualité très correcte, même si elles ne sont pas très nombreuses (on peut écouter la première ici). Il y a quand même largement de quoi contribuer à la chaude ambiance du jeu.
En ce qui concerne les bruitages, ils ont beaucoup d'impact et retranscrivent bien la brutalité des robots. Enfin un mot sur la voix-off, elle est très synthétique et futuriste.


Ne vous attendez pas à une grande simulation avec un bouton pour chaque geste existant. Le fait que seuls les boutons et soient utilisés fait que quasiment toute la façon de jouer tourne autour des barres "Power Meter". À la fois violent et intuitif, les bourrins vont être à la fête ! Enfin, pas les bourrins qui mitraillent les boutons sans ne rien comprendre au jeu, il faut un minimum de tenue. Une fois le principe compris et qu'on n'attend plus bêtement qu'un arbitre vienne siffler, on est moins à terre et on prend plaisir à dégommer les joueurs adversaires pour se frayer un chemin jusqu'au but.


Un seul tournoi, huit équipes, deux terrains, il n'y a pas de quoi se perdre. Si Soccer Brawl se montre léger en solo, les parties à deux relancent grandement l'intérêt et estompent son arrière-goût de "trop peu".




Mis à part l'écran-titre très légèrement différent de celui de la version cartouche et le premier temps d'accès au disque, absolument rien ne permet de distinguer ce Soccer Brawl de son grand frère. Mêmes musiques, mêmes modes, mêmes équipes, même fun à l'état pur.

Comme sur Neo·Geo AES, Soccer Brawl dans sa version Neo·Geo CD reste un choix à conseiller, surtout si on est amené à jouer de temps en temps avec des amis.


 
Bilan
 
 

SNK a joué l'originalité avec un jeu de football de robots et s'en tire fort honorablement. Ce jeu procure un très grand plaisir de jeu à deux, même s'il se révèle un peu limité quand on joue seul.


Avec l'inflation de la taille des jeux Neo·Geo, il est vraiment dommage que Soccer Brawl n'ait pas eu droit à une suite, contrairement à Super Sidekicks, guère plus évolué à ses débuts. SNK a préféré laisser de côté ces jeux futuristes du débuts des années 90 (comme Robo Army) devenus assez kitsch pour se consacrer à des séries plus sérieuses.
Pour en revenir à Soccer Brawl en particulier, c'est un jeu à essayer d'autant plus qu'on peut le trouver pour pas trop cher.

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS