Riding Hero
 
 


sport mécanique
©1990, SNK
46 Mbits
Neo·Geo AES


Neo·Geo MVS
Neo·Geo CD

 
     

S'il est un éditeur qui marque fortement le domaine de la course de moto dans les années 80, c'est bien Sega. Hang-On sort en 1985 et étonne de par son animation rapide et très fluide. Sans compter la possibilité d'y jouer sur une borne équipée d'une reproduction de moto. Super Hang-On apporte en 1987 le turbo (quand on roule à 280 km/h) et des graphismes un peu plus fouillés. Quant à Racing Hero, son visuel quasiment digne d'un Super Monaco Grand Prix en fait un bien joli jeu de moto de la fin des années 80. Bref, SNK veut y aller de son titre, profitant de son système Neo·Geo. Voici donc un rival des jeux de Sega, avec un titre qui annonce clairement la couleur : Riding Hero, en référence à Racing Hero. Vouloir concurrencer le ténor d'un genre est louable et ambitieux, étant donné qu'il s'agit d'un coup d'essai. Le tout est de voir si SNK s'en sort bien ou si nous allons avoir droit à une interprétation vidéoludique de la fable "La grenouille et le bœuf".

Hang-On
(1985, Sega)
Super Hang-On
(1987, Sega)
Racing Hero
(1989, Sega)

Riding Hero propose d'incarner un jeune pilote de dix-huit ans appartenant à une riche famille du Japon. Hélas, le goût de la course provoque la colère de son père qui lui confisque sa moto et l'oblige à emménager dans un petit appartement, avec très peu d'argent. Il va falloir gagner de quoi vivre en provoquant des pilotes en duel, et peut-être un jour défier le légendaire Diamond Dave aux Huit Heures de Suzuka.

On n'a droit qu'à une intro très sommaire qui se répète indéfiniment, sans alterner avec une démo ou un écran des meilleurs scores. On appréciera tout de même les images de préparation de la course arragées façon bande dessinée.


Les contrôles sont très simples : pour accélérer, pour freiner et pour le turbo. On dispose de 4 turbos en mode World Grand Prix tandis que leur nombre est variable (selon la moto et selon son niveau d'évolution) en mode Story. On notera que la moto ne se redresse pas après avoir été inclinée. Il faut la remettre droite manuellement.

Trois modes de jeu agrémentent ce Riding Hero : W.G.P. Mode (World Grand Prix), Story Mode et Multi Play.

World Grand Prix Mode

Il s'agit d'un championnat très classique ressemblant à de nombreux jeux du genre.

On choisit sa moto parmi quatre puis on enchaîne les courses. Bien entendu, il y a des "check points" à passer dans un temps imparti. Passez le check point en retard, c'est l'élimination ! Finissez au-delà de la troisième place, c'est l'élimination ! Il y a dix circuits (Suzuka, Jerez, Le Mans...) aux quatre coins du globe.

Il va falloir se battre très durement pour espérer remporter la victoire ou même décrocher le podium, les adversaires étant très tenaces et revenant sans arrêt dans votre roue.

Story Mode

Le deuxième mode proposé est bien plus élaboré. Ici on incarne le pilote débutant et fauché décrit en début de ce test. Il faut se déplacer sur la carte de la ville pour aller dans différents lieux (garage, hôpital, bar, jetée, etc.). On peut acheter une moto, la customiser, lancer des défis à d'autres motards, etc.

Dans la plupart de ces lieux, il est possible de discuter avec les personnages que vous rencontrerez. Ils vous indiqueront les endroits où se déroulent les courses, vous proposeront de courir contre eux, ou vous permettront de restaurer votre santé ou de customiser votre bolide.

Les courses se déroulent la plupart du temps sur route ouverte, il faut donc éviter les véhicules qui roulent paisiblement. Bref, les possibilités sont très étendues. Il faudra aussi penser à aller dormir sous peine de voir sa barre de santé se vider ! Longtemps après, après avoir bien progressé, gagné de nombreuses courses et acheté de nouvelles motos, on se fait embaucher en tant que pilote professionel dans une écurie pour disputer une course d'endurance à Suzuka.

Certains lieux sont bloqués et ne deviennent accessibles qu'au bout d'une certaine progression dans le jeu.

Multi Play

SNK a pensé au jeu à plusieurs. Hélas, les chances de mettre en place ce mode sont quasi-inexistantes. Il faut deux Riding Hero, deux Neo·Geo, deux téléviseurs et un cordon de liaison de type Jack.

Malgré ce dernier faux pas, Riding Hero se montre bien complet et se rapproche davantage d'un Super Hang-On sur Mega Drive que de l'original en arcade. Et qu'en est-il de sa réalisation ?



Les graphismes sont très simples, tout juste du niveau d'une Mega Drive pour les bas-côtés. Quant aux décors de fond, c'est mieux. En revanche pour le réalisme, on repassera. La tour Eiffel au bord du circuit du Mans ou le mont Fuji à Suzuka, c'est assez fantaisiste. En mode Story, la couleur varie selon le moment de la journée : on peut très bien décider d'aller faire une course le soir ou même en pleine nuit. Les motards sont assez bien faits, sans plus.


Le jeu est très rapide et fluide, mais vu le peu qu'il y a à animer, c'est le moins que cette console pouvait faire ! C'est du niveau de Super Hang-On dans sa version arcade... et donc bien loin d'un Racing Hero et son environnement très riche.


Côté son, c'est mauvais : bruitages irréalistes et musiques qui semblent sorties d'une Master System. Bon, c'est un peu exagéré, mais on est loin de ce qu'on attend d'une Neo·Geo. On peut écouter la musique de la course S Ridge ici.


La jouabilité pourrait être bonne dans la mesure où les commandes répondent au quart de tour, mais comme dans trop de jeux de ce genre, les chutes sont très pénalisantes et donnent envie de jeter la console par la fenêtre. Les adversaires font davantage office de chicanes mobiles et agressives que de concurrents. Leur but est de vous envoyer dans le décor, quitte à ce que le second se voit pousser des ailes si vous êtes en tête. Il vous rattrapera quasi immanquablement et vous gratifiera d'une touchette des plus désagréables. Bien entendu, en cas de contact, jamais, ô grand jamais vous n'aurez le dessus. Votre moto glissera latéralement lamentablement de plusieurs mètres tandis que votre adversaire ne sera nullement ébranlé. Soit vous ralentirez, soit vous heurterez alors un élément du décor. Et là, vous perdrez toujours plusieurs places, quelle que soit votre avance supposée. C'est simple, la plupart du temps, ce sera retour en dernière position. La route est par ailleurs trop étroite, ce qui n'arrange rien à l'affaire.


Ce jeu tiendra longtemps, du fait de sa difficulté artificiellement élevée en mode W.G.P. (chutes qui condamnent à une défaite) et de son mode Story très long et prenant. Le mode Multi Player est bien trop peu pratique, dommage. Un écran partagé aurait été bien plus simple, d'autant plus que ce jeu n'est pas visuellement très chargé.




Riding Hero perd son (presque inutile) mode Multi Player en passant de la cartouche au CD. Cela dit, c'était l'occasion d'inclure un petit mode pour deux joueurs avec écran partagé, même si on n'est que deux sur la piste. Non, SNK s'est borné à une bête conversion de son titre. Mêmes musiques, mêmes adversaires inébranlables, même mode Story, tout est y identique.

Les chargements se résument à un grosse attente au début (une vingtaine de secondes), puis c'est tout ! C'est très appréciable.

Aucune amélioration, une petite perte, toujours les mêmes défauts : Riding Hero sur Neo·Geo CD n'est pas un incontournable du genre, même si la concurrence y est presque inexistante.


 
Bilan
 
 

Ah, Riding Hero a des arguments pour être un bon jeu de moto mais il traîne sa réalisation sommaire et sa jouabilité énervantes comme des boulets et il lui manque le petit "plus" qu'ont d'autres jeux : Super Hang-On et Racing Hero dans leurs versions arcade sont meilleurs, c'est sûr ! Sans compter que la version Mega Drive de Super Hang-On (sortie en 1989) possède un mode carrière assez intéressant. Il reste à Riding Hero son mode Story long et original.


Riding Hero est intéressant pour voir une tentative de mode carrière dans un jeu de motos. À part cela, il n'y a pas grand chose qu'on puisse lui trouver. Il est plutôt conseillé de se tourner vers des jeux du type Neo DriftOut, Over Top ou Thrash Rally si on veut du sport mécanique plus sympathique et amusant. Autrement dit, n'importe quel autre titre du genre sera plus indiqué pour s'amuser.

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS