Ninja Commando
 
 


run and gun
©1992, Alpha Denshi
54 Mbits
Neo·Geo AES


Neo·Geo MVS
Neo·Geo CD
PlayStation 2 (ADK Tamashii)

Wii (Virtual Console)

 
     

Alpha Denshi n'est pas un éditeur spécialement réputé pour son originalité. Il a su néanmoins fournir de bons jeux comme Time Soldiers, Gang Wars ou Super Champion Baseball. Justement, à propos de Time Soldiers, il s'agissait d'un shoot them up pédestre avec écran vertical. C'était la réponse au Commando de Capcom, sorti deux ans auparavant. Capcom a depuis offert en 1990 une suite à son Commando, connue chez nous sous le nom de Mercs.
Le 30 avril 1992 c'est à nouveau au tour d'Alpha Denshi de répliquer et ce, sur MVS. Pris d'un élan d'originalité sans précédent, les développeurs vont appeler leur "Commando" mettant en scène des ninjas... Ninja Commando. Avouez qu'il y a de l'idée !

Commando
(1985, Capcom)
Time Soldiers
(1987, Alpha Denshi)
Mercs
(1990, Capcom)

Spider est un savant forcément fou (mais intelligent) qui a mis au point une machine à voyager dans le temps. Grâce à elle, il est allé dans diverses époques afin de changer le cours de l'Histoire. Pour contrecarrer ses plans, trois ninjas vont unir leurs forces et lui voler sa machine. Ils devront aller dans les différentes époques affectées et y faire le grand ménage...

À défaut d'être recherchée, l'intro donne tout de même le ton. Un sabre apparaît, entouré de lettres tournoyantes finissant par forme un titre scandé haut et fort : Ninja Commando!


Les réglages du jeu se résument à l'essentiel (la difficulté, sur fond sonore indentique à l'écran de lancement de la Neo·Geo) puis on choisit un des trois ninjas.

Joe Tiger
Cet Américain est un descendant du clan ninja Kôga.
Rayar Dragon
D'origine britannique, Rayar a étudié les arts ninja Iga.
Ryû Eagle
Descendant des ninjas Fûma, on l'appelle "le 32ème Fûma Kotaro".

La jouabilité est basée avant tout sur le bouton (tir de base). Plus on appuie rapidement, plus les projectiles sont gros. On remarquera qu'en bas de l'écran, le personnage crie. Par exemple, Joe crie "Ora!" pour les tirs simples et "Oraaaaaaa!" pour les tirs les plus puissants. Parfaitement inutile... donc complètement indispensable !

Petite gâterie, les combinaisons + et + servent à lancer un petit pouvoir spécial assez sympathique. Un petit goût de jeu de combat qui est fort appréciable.

Le bouton permet quant à lui de réaliser une pirouette, laquelle ne rend nullement invincible. Bien entendu, il est possible d'appuyer dans la foulée sur , ce qui aura pour effet de lancer une étoile ninja. À propos de cette dernière, l'étoile en question est la même, quel que soit le personnage choisi.

Enfin, est réservé à la super attaque. Très dévastatrice, les dégâts qu'elle occassionne ont un prix à payer : on perd un peu de sa barre de santé.

Cerise sur le gâteau, on peut se transformer ! Il suffit de ramasser les rouleaux de parchemin et au bout de trois, votre héros se transforme en monstre mythologique.

Joe deviendra le Tigre blanc (Byakku), Rayar le Dragon (Seiryû) et Ryû le Phénix (Suzaku). Le Tigre blanc envoie des rayons blancs, le Dragon fait tournoyer sa queue et le Phénix couvre l'écran de projectiles à son effigie. La transformation de Ryû est à ce titre la plus efficace.
Dernière chose, il y a deux nouvelles, une bonne et une mauvaise. La bonne est qu'on est absolument invincible lorsqu'on est transformé. La mauvaise est que c'est un état temporaire.

Le tout premier niveau n'en est pas vraiment un : il n'y a pas de vrai boss de fin ni de décompte des points. Il s'agit juste d'une sorte de prologue, se déroulant dans le présent, au cours duquel on s'empare de la machine à voyager dans le temps. Les niveaux qui suivent sont à diverses époques, et pas dans le même ordre d'une partie à l'autre. En voici deux exemples en images.

Prologue
The japanese civil War Era
The egyptian Era

Ninja Commando s'annonce plutôt comme un jeu d'action assez original (comme quoi...) et varié. Si la réalisation suit, ce jeu aura pas mal d'atouts pour lui.



Mais c'est pas mal du tout ! Très colorés, les graphismes nous rappellent qu'Alpha Denshi est aussi le développeur de Blue's Journey ou de Thrash Rally. C'est varié, c'est propre, que demander de plus ? Les différentes époques visitées, bien que versant bien sûr dans la caricature, sans très bien rentranscrites à l'écran. Un écran un peu réduit, à cause de sa vilaine bande noire en bas de l'écran, comme dans Ninja Combat. Pour un jeu à défilement vertical, c'est franchement dommage.
Quant aux héros, ils sont assez bien faits et les ennemis ne sont pas trop répétitifs.


Beaucoup de zooms, autant au niveau des effets accompagnant les attaques des héros qu'au niveau de certains ennemis. Très peu de ralentissements, pas mal d'interactions avec les décors, beaucoup d'éléments y étant destructibles.


La musique bien que peu inspirée, elle reste bien loin d'être inoubliable. Cela étant, elle a tout de même le mérite de s'adapter assez bien à chaque niveau (celle du niveau The japanese civil War Era est disponible ici). Les bruitages sont de bonne qualité, comme d'habitude.


C'est varié, chaque personnage se jouant un peu différemment. Les commandes sont très réactives et le rythme bien soutenu. Seul petit regret, en comparaison des jeux signés Capcom : on ne peut tirer que vers le haut.


Avec 4 crédits et une seule vie par crédit, il faudra s'accrocher pour le finir, surtout si on n'use pas de la carte-mémoire. On y revient cependant de temps en temps avec beaucoup de plaisir, le jeu étant bien défoulant. Les parties à deux sont prévues, et même recommandées !




Les différences entre les deux versions de Ninja Commando sont absolument minimes : un chargement au début du jeu (et c'est tout), les crédits infinis et le logo ADK remplaçant celui d'Alpha Denshi. Les musiques sont absolument identiques à celle qui accompagnent les parties pour la cartouche.

Copie quasi conforme de la version cartouche, ce Ninja Commando CD reste un bon jeu d'action à prix d'ami. Il n'y a aucune raison de s'en priver si on aime le genre.


 
Bilan
 
 

On aurait pu croire qu'Alpha Denshi allait nous proposer une pâle copie du jeu de Capcom, sans aucune saveur ni originalité. Il n'en est rien. Ninja Commando est bourrin, plutôt joli et très plaisant à jouer, surtout à deux. C'est déjà pas mal, non ?...


Ninja Commando a eu son premier rival sur Neo·Geo avec la sortie de Shock Troopers, cinq ans plus tard. Soyons honnêtes, la série de Saurus surpasse nettement le titre d'ADK, ce qui est la moindre des choses. Ce dernier reste fort agréable et tout à fait abordable en version MVS, sans compter qu'il est le seul représentant de son genre sur Neo·Geo CD. Sur console AES, il est hélas plus cher, ce qui l'amène à être acheté plus souvent pour la collection que pour le jeu lui-même.

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS