Crossed Swords
 
 


action (à la troisième personne)
©1991, Alpha Denshi
50 Mbits
Neo·Geo AES


Neo·Geo MVS
Neo·Geo CD
Wii (Virtual Console)

 
     

SNK a exploré en octobre 1990 une voie alors peu connue dans le domaine du jeu d'action : une vue subjective et on arpente couloirs et salles pour une bonne dose d'action mêlant coups de poing, armes blanches et armes à feu. Il y a également eu Alien Storm de Sega mais dans ce dernier, il y avait alternance de phases de beat them up classique et de tir en vue subjective. Enfin notons la sortie en 1991 de Catacomb 3D, un héritier de The Midi Maze, mais avec une ambiance zombie, et en 3D polygonale mêlée de sprites zoomés.
Sur Neo·Geo, pas question de 3D en temps réel. De la 2D, du zoom pour donner une impression de profondeur, mais c'est tout. Le 25 septembre 1991, Alpha Denshi y va de son titre basé à peu près sur le même principe, cette fois adapté à un univers très heroic fantasy. Voici donc Crossed Swords.

The Super Spy
(1990, SNK)
Alien Storm
(1990, Sega)
Catacomb 3D
(1991, Softdisk)

L'histoire du jeu est parfaitement dans cet esprit. Le royaume de Belkana vivait heureux et dans la paix depuis la défaite de Nausizz, le Roi de la Terreur. Depuis sa disgrâce, Nausizz a réuni des créatures de l'au-delà et compte bien prendre de force le trône qui lui avait été refusé. En bonne poire (et puisque vous n'avez rien d'autre à faire que de sauver un royaume en péril), le preux chevalier que vous êtes va entamer une quête dont le but sera de vaincre Nausizz et son armée de monstres.

L'intro ne fait que confirmer ce scénario très conventionnel : un joli royaume, un gros méchant, des monstres venant à l'aide du méchant, un écran-titre (avec le méchant, toujours là). Si elle n'est pas extraordinaire, cette petite présentation reste tout à fait regardable et correspond bien au jeu.


Les commandes sont brièvement mais clairement expliquées, comme bien souvent sur Neo·Geo.
Les directions et servent à se déplacer tandis qu'on se protège en garde haute ou basse avec et . On donne des coups d'épée avec et on fait des pouvoirs magiques avec .
Histoire d'agrémenter la jouabilité, des combinaisons sont possibles : + , mais aussi , + , etc. On notera également la présence de niveaux d'expérience, à l'instar de The Super Spy. Plus on en a, plus on est puissant face à aux démons de l'armée de Nausizz.

À propos d'agrémenter, cela sera également possible grâce au marchand ambulant. Ce dernier, moyennant quelque argent gagné lors de batailles, vous fournira en armes plus efficaces ainsi qu'en nourriture.

Dernière chose à régler, le chapitre par lequel vous allez commencer. Trois vous sont proposés, bien que le jeu en ait d'autres. Cela étant, il est recommandé de commencer par le chapitre 1, si on veut une difficulté bien progressive.

Chapter 1 - Disaster in the poor village of Dio
Chapter 2 - The shaken castle in Pulista
Chapter 3 - A desperate fight at the Matius Tower

Les boss répondent présents à l'appel de fin de niveau. Un ver géant (servant d'ennemi de base dans les chapitres ultérieurs), une chèvre humanoïde déchaînée, un fou du roi déjanté, on ne s'ennuiera pas.

Alpha Denshi se sert donc de d'une ambiance très proche de celle de son Magician Lord et l'a adaptée au concept de The Super Spy. En est-il pour autant plus varié et/ou mieux réalisé que ce dernier ?...



Dans l'ensemble, c'est assez réussi et bien plus coloré que le titre de SNK. Alpha Denshi a opté pour une vue à la troisième personne, avec le héros vu de dos, en transparence. C'est également assez varié... si on n'est pas trop regardant. En effet, certains fonds resservent outrancièrement, comme celui de la forêt. Seules les couleurs changent et encore, pas toujours.
Les ennemis sont par ailleurs trop répétitifs, on a souvent l'impression de se battre en face du même adversaire.


Les ennemis évoqués un peu plus haut s'approchent pour la plupart en arrivant de face, ce qui donne l'occasion de faire un petit zoom. Leur animation à proprement parler est assez basique et pas très décomposée, ce qui empêche parfois de voir si la garde doit être haute ou basse.
Quant aux stages, ils sont soit des tableaux fixes, soit des décors à scrolling horizontal. On peut farfois noter un effet de pseudo-3D, comme les couloirs de The Super Spy, mais c'est ici saccadé et encore moins convaincant.


Des bruits d'épée, des râles d'ennemis terrassés, quelques effets annexes... Crossed Swords dispose de bruitages solides et bien réalisés. Du côté des mélodies, on retrouve un peu dans le style de Magician Lord, mais en moins mémorable. On peut écouter le thème du premier chapitre ici.


On se protège, on frappe, on se protège, on frappe, on se protège, on fait de la magie, on se protège, on frappe... Eh oui, le titre d'Alpha Denshi ne brille pas par une jouabilité variée, c'est le moins que l'on puisse dire. C'est répétitif plus que de raison et on peut même finir par s'ennuyer avant la fin du jeu.


Crossed Swords n'est pas court, il est même plutôt vaste. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir une durée de vie pas très étendue. Pourquoi ? On en revient tout simplement à cette jouabilité trop répétitive. Cela ne donne pas spécialement envie d'y revenir une fois achevé, d'autant plus que la seconde moitié de ce jeu est assez ardue et on perd rapidement de l'énergie si on n'est pas très concentré. Les interventions du marchand donne un petit côté RPG sympathique mais qui, hélas, se montre en définitive trop peu développé.
Heureusement, et cela sauve un peu Crossed Swords, Alpha a prévu la possibilité de jouer à deux, ce qui réhausse l'intérêt.




Crossed Swords apporte une petite nouveauté sur Neo·Geo CD. Une fois le bouton appuyé, vient alors le moment de choisir le niveau de difficulté. Si sur la console à cartouches on n'a pas le choix et on s'embarque directement pour l'aventure, sa petite sœur fonctionnant au CD offre la possibilité de rendre le jeu plus facile ou bien plus ardu.

Tout le reste est strictement identique : même mode pour jouer à deux, mêmes musiques, même répétitivité, etc. Quant au chargement, unique, c'est très mesuré.

SNK s'est contenté de compléter son Crossed Sword de la même manière que Burning Fight. Les amateurs apprécieront. Les autres seront loin de penser que c'est cette version CD qui leur fera aimer ce jeu.


 
Bilan
 
 

Crossed Swords tombe presque exactement dans le même travers que The Super Spy. C'est trop répétitif ! Il surpasse ce dernier en apportant une ambiance médiévale-fantastique agréable, un aspect RPG intéressant (à défaut d'être abouti) ainsi que, surtout, la possibilité de jouer à deux.


Ce titre a eu droit à une suite, exclusive à la Neo·Geo CD et plus complète. En CD, préférez donc ce second épisode. Quant à la cartouche, même s'il n'y a pas vraiment d'alternative, il reste un titre sympathique qui a beaucoup vieilli et qui est loin de constituer une priorité d'achat? Cela étant, The Super Spy est clairement surpassé. À réserver aux amateurs avertis de jeux anciens.

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS