Aero Fighters 3
 
 


shoot them up
©1995, Video System
154 Mbits
Neo·Geo CD


Neo·Geo MVS
Neo·Geo AES

 
     

Le deuxième volet de la série Aero Fighters a été celui du divorce. Une partie de l'équipe de développement a préféré quitter la société Video System pour créer Psikyô. Ils ont ainsi pu laisser libre cours à leur créativité et ont fait un Samurai Aces et un Gunbird franchement convaincants. L'été 1995 a été l'occasion de voir un jeu mettant en scène des avions de la Seconde Guerre mondiale : Strikers 1945. Psikyô n'est pas le seul éditeur à faire du shoot them up vertical. Il y a la toute jeune société Cave, qui finalise son premier jeu, DonPachi, sans compter d'autres moins connus mais offrant des jeux bien séduisants. Face à tant de dynamisme, Video System se devait de réagir et nous propose donc Aero Fighters 3 le 20 octobre 1995 sur Neo·Geo MVS, puis le 17 novembre sur console AES. Ici sera testée la version Neo·Geo CD, sortie le 8 décembre de la même année.

Gunbird
(1994, Psikyô)
Viper Phase 1
(1995, Seibu Kaihatsu)
Strikers 1945
(1995, Psikyô)

Pour un jeu Neo·Geo CD, le menu d'accueil est sommaire : Game Start ou Demo Game. Pour en sortir, il faut user de la technique + qu'on utilise habituellement pour les jeux prenant peu de mémoire.

Avant de se lancer, il est donc possible de visionner l'intro. Elle est similaire aux deux premiers Aero Fighters (et aux jeux Psikyô !) en montrant les noms de ceux qui ont travaillé sur le jeu. Elle se révèle assez réussie, avec apparemment des avions réalisés en Computer Graphics.
Côté scénario, u
ne invasion alien a débuté et diverses attaques contre des points stratégiques ont été menées. La base Aero Fighters a été sévèrement touchée et ses avions modernes se sont montrés totalement inefficaces. Curieusement, les vieux avions de la Seconde Guerre mondiale sont à même de leur causer des dégats. Il va donc falloir reprendre ces vénérables combattants du ciel et anéantir ces hordes d'aliens ! Ce scénario clairement tiré par les cheveux permet d'offrir une suite à Aero Fighters 2 (une série dans un univers contemporain) tout en imitant le Strikers 1945 de Psikyô.


Une fois la difficulté réglée, on arrive au choix des avions. Ces derniers sont logiquement plus nombreux que dans l'épisode précédent. Il y en a désormais 10, sans compter 2 cachés disponible avec ce code. Certains pilotes comme Keaton le cyborg ou Spanky le dauphin sont de vielles connaissances.

À l'instar des deux premiers épisodes, les avions existent réellement dans Aero Fighters 3. Seule différence, il s'agit désormais d'avions de la Seconde Guerre mondiale. Chacun peut atteindre différents niveaux de puissance et peut embarquer une certaine quantité de bombes.

F4U Corsair
P61 Black Widow
Zero Fighter
Seiran (M6A1)
IL2 Stormovik

Polykarpov I-16
DO335 Pfeil
JU-87 Stuka
Whirlwind
Swordfish

- F4U Corsair :
Le Chance Vought F4U Corsair est un avion américain commercialisé en 1940. Il fut rendu célèbre grâce à la série télévisée Les Têtes Brûlées. Équilibré avec une bonne vitesse alliée à un tir de puissance correcte, c'est un bon avion. La bombe nécessite un peu de pratique.

- P61 Black Widow :
Chasseur nocturne, le Northrop P-61 Black Widow fut utilisé à partir de 1942. Efficace avec son tir, plutôt rapide, le P-61 est à conseiller pour se familiariser avec le jeu.

- Zero Fighter :
Le Mitsubishi A6M Zero, familièrement appelé "Zéro", est la cible principale de l'aviation américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Rapide, il manque de puissance de feu.

- Seiran (M6A1) :
L'Aichi M6A1 Seiran est un hydravion catapultable depuis un sous-marin. Il fut mis en service en 1943. Puissant mais pas très rapide, le M6A1 a des bombes demandant de la pratique.

- IL2 Stormovik :
L'Iliouchine Il-2 Sturmovik fut produit en grande quantité (plusieurs dizaines de milliers d'appareils) et utilisé par l'armée de l'URSS. Équilibré, son seul point faible réside en une bombe assez peu efficace.

- Polykarpov I-16 :
Le Polikarpov I-16 Ishak "Mosca" est un avion de chasse soviétique utilisé entre 1933 et 1950. Dans le jeu, c'est un appareil pas trop lent et ayant une bonne puissance de frappe, aussi bien au niveau du tir que de la bombe.

- DO335 Pfeil :
Le Dornier Do 335 Pfeil est un avion utilisé par la Luftwaffe pendant le Seconde Guerre mondiale. Très rapide, doté d'un tir correct, cet avion ne manque pas d'arguments.

- JU-87 Stuka :
Le Junkers Ju 87 est un bombardier nazi qui a terrorisé les populations civiles pendant la guerre. C'est le plus célèbre des "Stuka" (bombardier en piqué). Très lent, ravageur, cet avion possède une bombe puissante aux effets localisés.

- Whirlwind :
Le Westland Whirlwind est le premier bimoteur de la Royal Air Force. Assez équilibré, il se distingue par sa bombe couvrant la totalité de l'écran.

- Swordfish :
Le Fairey Swordfish est un biplan qui s'est rapidement montré obsolète pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans Aero Fighters 3, c'est la même chose : c'est un avion lent qui ne possède qu'un niveau de puissance.

Les boutons utilisés sont les mêmes qu'avant : pour tirer, pour larguer une bombe. Enfin, larguer une bombe, c'est vite dit. On va plutôt dire "utiliser une super arme". Par exemple, le pilote sur l'image de droite est Keaton : il transforme son zinc en gros robot rouge à son image. On a du mal à trouver le rapport avec des avions des années 40...

Bref, inutile de chercher des explications qui seraient nécessairement fumeuses et penchons-nous sur les items disponibles.
Le "P" augmente la puissance de tir d'un niveau. Le Polykarpov I-6 pourra en récolter 4 tandis que le Sworfish sera à son maximum avec un seul item récolté.
Le "F" met immédiatement l'avion à son niveau de puissance le plus haut.
Le "B" sert à stocker des bombes. Là encore, tous les avions ne sont pas égaux. Le IL2 Stormovik pourra embarquer 7 bombes alors que le DO335 Pfeil n'aura droit qu'à 4 armes spéciales.
Enfin des items comme "$" ou "¥" rapporteront des points.

Aero Fighters 3 s'étale sur plusieurs niveaux disposés curieusement. Si le premier niveau est le même, le deuxième dépend du bord du vaisseau que vous détruisez après avoir vaincu le premier boss. Ainsi Aero Fighters 3 dispose de deux grands parcours. On retrouve dans chacun d'eux les mêmes niveaux, mais pas dans le même ordre, et donc pas avec la même difficulté.

Stage 1 - Japan
Stage 2A - Germany
Stage 2B - Libya

Quant aux Bonus Stages, ils sont toujours une occasion de renforcer son arsenal et de faire le plein de points.

Bien entendu, chaque niveau se finit par un boss dont vous devrez découvrir la faille afin d'accéder au stage suivant.

En ce qui concerne le point qui pourrait fâcher, les temps de chargement, ils ne sont pas exagérés et se montrent bien pensés.

Aero Fighters 2 avait déçu en ce qui concerne la réalisation, cette dernière manquant d'audace. Un jeu pas mal fait, mais terne et classique. L'épisode 3 redresse-t-il la barre ?



Comme dans le deuxième épisode, l'écran horizontal pourra paraître toujoursaussi discutable en ce qui concerne la visibilité. Cela dit, cet Aero Fighters 3 est un peu plus coloré et plus détaillé que son prédécesseur, ce qui n'était pas bien difficile. Sans égaler les meilleurs du genre, Aero Fighters 3 est relativement réussi.


Rien de bien particulier à ce chapitre : c'est fluide et plutôt richement animé. Les clignotements et ralentissements se font plus discrets que dans l'opus précédent.


Le son ressemble beaucoup à celui d'Aero Fighters 2. L'ambiance est donc très bonne avec le jeu bien épaulé par cette bande-son correcte. On notera que, contrairement à Aero Fighters 2, ici la version CD reprend exactement les musiques de sa consœur à cartouches. On peut écouter la musique du niveau Tôkyô ici. Les bruitages son quasi identiques à ceux d'Aero Fighters 2.


Toujours aussi bonne, une fois qu'on s'est fait aux curieuses "bombes". Bien entendu, un écran vertical aurait grandement facilité la vision, et donc la jouabilité, mais ce n'est pas mal du tout. Les avions répondent très bien aux sollicitations.


Les niveaux sont assez courts en ce qui concerne leur scrolling. En d'autres termes, on arrive rapidement au boss de fin de niveau. Et c'est là qu'il faut prendre son temps car la bataille est plutôt longue. Les deux parcours parallèles sont une bonne idée et les nombreux avions assurent une bonne durée de vie au jeu. Enfin, la difficulté semble plus progressive que dans Aero Fighters 2, mais en attaquant plus fort, dès le premier niveau.



 
Bilan
 
 

Aero Fighters 3 surpasse techniquement l'épisode 2. Certains joueurs lui préfèreront tout de même Aero Fighters 2, doté d'un univers plus cohérent. Voilà dans tous les cas un jeu qui a bien progressé sur le plan de la réalisation. Il offrira de bons moments au possesseur de Neo·Geo amateur de shoot them up vertical. Les jeux de Psikyô sont tout de même plus réussis et exhubérants : voilà un joli pied de nez à Video System.


C'est le dernier de sa lignée sur Neo·Geo, marquant le déclin de Video System face à un Psikyô qui allait devenir un acteur important dans le shoot them up vertical. Et ne parlons même pas du talentueux éditeur Cave... Aero Fighters 3 reste un bon choix, malgré ses défauts.

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS