S'il est une série à la trame de fond particulièrement riche sur Neo·Geo, c'est bien Samurai Shodown. Véritable ode au Japon médiéval, cette saga peut se targuer d'avoir su garder une bonne cohérence scénaristique, en dépit de ses nombreux épisodes (ce qui n'est pas le cas de King of Fighters). Aussi mérite-t-elle qu'on s'y attarde un peu, ainsi ce sera l'occasion d'explorer plus en détail son univers riche et profond.

Ce dossier va bien entendu vous présenter les différents personnages, avec les relations qu'ils entretiennent entre eux. Les jeux seront également détaillés, sauf en ce qui concerne leur scénario, qui mérite une mise en perspective chronologique. Samurai Shodown, c'est l'éternelle question du choix du Bushidô ou du Shuradô, ces deux voies seront présentées ici. SNK a peut-être également profité de l'occasion pour régler quelques comptes politiques et religieux, nous verrons cela. Enfin Samurai Shodown, ce sont aussi des animés qui seront évoqués en fin de dossier.

Ceux qui cherchent une FAQ ou une liste d'enchaînements peuvent déjà arrêter de lire, ce n'est absolument pas le propos de ce dossier. Les systèmes de jeu ne seront pas présentés, ils le sont déjà dans les tests complets sur Neo·Geo. Non, ce dossier ne se veut pas technique, il est une invitation à effectuer une plongée en plein Japon médiéval.

Le programme s'annonce particulièrement chargé alors inutile d'attendre davantage. Iza! Jinjo Ni! Ipponme! Shobu!

 

Les jeux

Samurai Shodown est très loin d'être une saga linéaire. Outre la série de base comportant 7 opus, il y a une trame pour ceux en 3D, sans compter les épisodes pour NeoGeo Pocket, ainsi que les jeux étroitement dérivés.



Titre occidental Samurai Shodown
Titre original Samurai Spirits
Date de sortie 7 juillet 1993
Support d'origine Neo·Geo MVS

Samurai Shodown sort sur Neo·Geo MVS a une période où la concurrence fait rage avec Capcom. SNK espère se démarquer avec ce jeu reprenant un peu l'ambiance de Sengoku et utilisant des armes blanches ainsi que des animaux. Avec ses zooms, sa jolie réalisation et ses 12 personnages jouables, non seulement le jeu se fait un nom, mais en plus il confirme la maîtrise de SNK dans le domaine du combat en versus.



Titre occidental Samurai Shodown II
Titre original Shin Samurai Spirits: Haohmaru Jingokuhen
Date de sortie 28 octobre 1994
Support d'origine Neo·Geo MVS

L'année d'après arrive logiquement Samurai Shodown II, premier jeu à dépasser la barre des 200 Mbits. Le roster passe de 12 à 15 personnages jouables, sans compter Kuroko, personnage caché. Réalisation et nombre de coups sont en hausse, sans compter l'apparition de Disarm Slashes, permettant de casser l'arme de l'adversaire. Pour beaucoup, c'est le meilleur épisode de la série.



Titre occidental Samurai Shodown III
Titre original Samurai Spirits: Zankurô Musoken
Date de sortie 15 novembre 1995
Support d'origine Neo·Geo MVS

En 1995, SNK décide de tout chambouler. Samurai Shodown III n'a plus que 12 personnages, cela étant en partie compensé par l'arrivée des modes Slash et Bust, deux façons différentes de jouer. L'ambiance y est bien plus dramatique, le jeu devenant carrément violent s'il n'est pas censuré. Épisode parfois mal-aimé (notamment à cause de sa suite), il garde pour lui des zooms très puissants ainsi qu'une bande son de premier ordre, surtout sur Neo·Geo CD.



Titre occidental Samurai Shodown IV
Titre original Samurai Spirits: Amakusa Kôrin
Date de sortie 25 octobre 1996
Support d'origine Neo·Geo MVS

Chaque année voit son Samurai Shodown arriver et 1996 n'échappe pas à la règle. La réalisation est plus attrayante que celle de l'épisode précédent et le nombre de personnages passe de 12 à 17 (18 avec Zankurô, caché), tout en gardant les modes Slash et Bust. Samurai Shodown IV ne renonce pas à la violence, au contraire. On notera l'apparition de la Flash Attack, dévastatrice, et du No Contest, rappelant les Fatalities de Mortal Kombat : on découpe l'adversaire en deux. Il s'agit de l'un des meilleurs (si ce n'est du meilleur) épisode de la saga.



Titre occidental aucun
Titre original Shinsetsu Samurai Spirits: Bushidō Retsuden
Date de sortie 27 juillet 1997
Support d'origine Neo·Geo CD

En 1997, le Samurai Shodown qui sort sur Neo·Geo n'est qu'au format CD (il sort en même temps sur Saturn et PlayStation). Il s'agit d'un RPG exclusivement destiné au Japon. Samurai Spirits R.P.G. n'a d'ailleurs aucun menu en anglais. Le titre "Samurai Shodown: Tales of the Bushidô", visible ici, est fait par un fan, Deuce, qui travaille sur la traduction du jeu. Avec sa réalisation très avenante et ses deux scénarios, il a de quoi séduire. Il n'y a guère que les temps de chargement infects qui assombrissent ce bien joli tableau.



Titre occidental Samurai Shodown 64
Titre original Samurai Spirits
Date de sortie 19 décembre 1997
Support d'origine Hyper NeoGeo 64

À la fin de la même année sort un jeu de combat de la série, mais pas sur Neo·Geo MVS. SNK place énormément d'espoir dans l'Hyper NeoGeo 64, système censé remplacer le vieillissant MVS. C'est donc logiquement un jeu en 3D mais avec une jouabilité proche d'un Samurai Shodown IV. Malgré sa souplesse d'utilisation, malgré ses 14 personnages (dont Shiki), malgré sa bande son très réussie, le jeu souffre d'un visuel inférieur à la concurrence.



Titre occidental Samurai Shodown 64: Warriors Rage
Titre original Samurai Spirits 2: Asura Zanmaden
Date de sortie 16 octobre 1998
Support d'origine Hyper NeoGeo 64

SNK continue en 1998 sa tentative de s'imposer dans le monde de la 3D avec son Samurai Shodown 64: Warriors Rage. Plus joli que le premier, avec quelques nouveaux personnages dont Asura, très intéressant, toujours agréable à manier, ce jeu a tout pour plaire... sauf ses graphismes franchement inférieurs à la concurrence. Sega et son Model 3 imposent une course à un rythme intenable pour SNK. À une époque où le visuel est de la plus haute importance pour un jeu réalisé en 3D, le titre de SNK n'est accueilli qu'avec un enthousiasme des plus modérés.



Titre occidental Samurai Shodown!
Titre original Samurai Spirits!
Date de sortie 25 décembre 1998
Support d'origine NeoGeo Pocket

SNK confie à Saurus (compagnie devenue développeur interne) Samurai Shodown!, le portage de l'épisode IV sur NeoGeo Pocket. Basé sur son grand frère, il se montre très réussi, malgré le fait que la console ne dispose que de deux boutons.



Titre occidental Samurai Shodown! 2
Titre original Samurai Spirits! 2
Date de sortie 30 avril 1999
Support d'origine NeoGeo Pocket Color

En 1999, aucun nouvel épisode ne sort sur Neo·Geo MVS. Saurus se base logiquement en partie sur les épisodes sortis sur Hyper NeoGeo 64 pour concevoir Samurai Shodown! 2. Cette fois, c'est sur NeoGeo Pocket Color. Il constitue une vraie nouveauté pour les amateurs de 2D, l'épisode précédent étant basé sur le IV. C'est l'un des meilleurs épisodes de la série, malgré la taille modeste du support.



Titre occidental Samurai Shodown: Warriors Rage
Titre original Kenkaku Ibunroku - Yomigaerishi Sôkô no Yaiba - Samurai Spirits Shinshô
Date de sortie 22 décembre 1999
Support d'origine PlayStation

Buriki One a marqué l'arrêt de l'Hyper Neo Geo 64. SNK se tourne donc vers la PlayStation pour réaliser un troisième épisode en 3D. Intitulé Samurai Shodown: Warriors Rage en Occident (à ne pas confondre avec Samurai Shodown 2: Warriors Rage sur Hyper NeoGeo 64), ce jeu ne sort pas en arcade.
Se déroulant 20 ans après la saga classique, il ne reste qu'un seul combattant connu, Haohmaru. Le système de manches est remplacé par un principe de barre de santé triple. Pas facile à prendre en main, techniquement en retrait par rapport à ses concurrents (il ne vaut mieux pas mettre un Soul Edge ou un Tekken 3 à côté), il reçoit une volée de critiques très... tranchantes.
Cet échec marque la fin de la série en tant que jeux de combat. Du moins, c'est ce que l'on croit à l'époque.



Titre occidental aucun
Titre original Nakoruru: Ano Hito kara no Okurimono
Date de sortie 6 juillet 2001
Support d'origine Windows

Sorti inialement pour Windows en 2001, Nakoruru: Ano Hito kara no Okurimono déboule également sur Dreamcast le 28 mars 2002. Il s'agit d'un jeu d'aventure essentiellement basé sur des dialogues écrits, s'appuyant sur l'Original Video Animation du même nom qui sort en 2002. Une édition spéciale sort également sur Dreamcast, accompagnée d'une figurine à l'effigie de Nakoruru.



Titre occidental Samurai Shodown V
Titre original Samurai Spirits Zero
Date de sortie 10 octobre 2003
Support d'origine Neo·Geo MVS

On n'y croyait plus, mais Samurai Shodown revient en 2003. Et pas sur n'importe quel support, puisqu'il sort sur Neo·Geo MVS. Samurai Shodown V propose une jouabilité remaniée avec l'apparition de la Concentration Attack, sorte de Custom Combo inversé. Avec 24 personnages et regorgeant de stages, il a de quoi attirer. Hélas, il perd beaucoup de violence (au revoir les No Contest et autres tranchages) et sa réalisation est inégale. Bon mais sans plus, il n'est hélas pas à la hauteur de son prestigieux prédécesseur.



Titre occidental Samurai Shodown V Special
Titre original Samurai Spirits Zero Special
Date de sortie 22 avril 2004
Support d'origine Neo·Geo MVS

À peine plus de 6 mois seront nécessaires à Yuki Enterprise pour revoir sa copie. Encore plus de personnages (28), bien plus violent (le plus radical de tous, si on a un Universe BIOS et une version unfixed), plus homogène dans sa réalisation, Samurai Shodown V Special rattrape avec brio ce qui était à revoir dans l'épisode précédent. Privé de véritable scénario, c'est l'occasion de réunir (et jouer) les quatre boss de la série : Amakusa, Zankurô, Gaoh et Mizuki. Sans être le meilleur de sa lignée, il figure assurément parmi les épisodes de premier choix.



Titre occidental Samurai Shodown VI
Titre original Samurai Spirits: Tenkaichi Kenkakuden
Date de sortie 14 septembre 2005
Support d'origine Atomiswave

Samurai Shodown V Special est le dernier jeu officiel sorti sur Neo·Geo. La série suit donc son cours sur un autre support, l'Atomiswave. Samurai Shodown VI est une sorte d'épisode ultime. Tous, absolument tous les personnages présents sur Neo·Geo sont là (la version PlayStation 2 dispose de Kuroko et est donc encore plus complète). Outre les 28 de Samurai Shodown V Special, on retrouve Gen-An, Wan-Fu, Earthquake, etc. Il y a également des nouveaux personnages. Les décors sont plus fins qu'avant (le jeu passe de 304x224 pixels à 640x480 pixels) mais les personnages restent les mêmes. Il en résulte une superposition parfois un peu bizarre. Proposant 6 modes différents (un, propre au jeu, et 5 des épisodes précédents), c'est une vraie mine. Beaucoup moins sombre que ses prédécesseurs, il se rapproche plutôt du II... la violence en moins. SNK Playmore a pris les rênes du développement du jeu et cette fois, aucune goutte de sang ne sera versée.
Le jeu ne sort sur console qu'au Japon mais heureusement, il est inclus dans la compilation Samurai Shodown Anthology, disponible chez nous.



Titre occidental Samurai ShodownSen
Titre original Samurai Spirits Sen
Date de sortie 17 avrils 2008
Support d'origine Taito Type X²

Samurai Shodown Sen reprend le flambeau de la série en affichage polygonal. Avec 24 personnages et deux boss, le jeu se montre généreux à ce chapitre. Il l'est moins au niveau de la réalisation, jugée d'un autre âge par beaucoup. On retombe dans les mêmes travers que Samurai Shodown 64, mais en pire. La jouabilité est plus que déroutante, nombre de fans de la série se plaignant de ne pas pouvoir sortir les coups correctement.
Ce n'est ni un bon jeu de combat de son temps, ni un bon Samurai Shodown.


Comptant 15 jeux à son actif, dont 13 de combat, Samurai Shodown s'affirme donc comme une saga au long cours. Les meilleurs épisodes sont en 2D, le passage à la 3D ayant fini par entraîner l'arrêt de la série après une version exclusive à la PlayStation, complètement ratée. Une erreur comprise une première fois, Samurai Shodown V étant en 2D, mais renouvelée avec Samurai Shodown Sen, très vivement critiqué. Depuis, Samurai Shodown semble à l'arrêt, SNK Playmore ayant manifestement répété les mêmes erreurs que son ancêtre SNK.

Page suivante

   




 

SITES FILS