Magician Lord est parfois considéré comme étant sorti le 1er juillet 1991 avec la commercialisation de la console AES. Si cela est vrai, son origine remonte au 26 avril 1990, quand il sort au format MVS et AES de location, conditionné dans une boîte en carton pour ce dernier. Ce jeu à l'ambiance heroic fantasy mêlant plates-formes et action étonne autant les joueurs que la presse spécialisée. Il fait en effet forte impression, même en photo. Il faut savoir qu'à l'époque, en Europe on n'est est officiellement qu'à la NES et à la Master System. La Mega Drive, alors importée, ne sortira chez nous qu'en novembre 1990. Mêmes les habitués aux jolies performances des consoles d'import que sont la Mega Drive et la PC Engine sont pour la plupart impressionnés par la bête de SNK.

De son côté, Sega a commercialisé au Japon cinq mois auparavant un jeu de plates-formes et action sur sa Mega Drive, The Super Shinobi (ou The Revenge of Shinobi chez nous). Ce dernier se démarque par une ambiance fort variée, allant du Japon médiéval à une base militaire américaine, en passant par une autoroute où il ne fait pas bon être piéton.

Il va s'agir de voir si l'un des premiers jeux de la Neo·Geo parvient à surpasser une référence du genre, tournant sur un système moins puissant et occupant dix fois moins d'espace. Le sorcier face au ninja, c'est maintenant !

 

Les graphismes

Magician Lord, bien qu'il n'exploite évidemment pas complètement la Neo·Geo, se montre bien joli avec ses décors variés et détaillés. On part d'un style heroic fantasy classique pour s'enfoncer toujours davantage dans les ténèbres et le malaise.
De son côté, The Revenge of Shinobi débute au Japon puis l'action se déplace aux États-Unis (avec un passage mémorable dans une usine de voitures à Détroit). Si la variété est similaire, il en va tout autrement de la technique. La Mega Drive affiche moins de couleurs et de détails, malgré des personnages bien dessinés. Cela peut gêner un peu la progression, les ennemis étant parfois confondus avec le décor.
Magician Lord profite ici du support plus récent face à un jeu Sega qui se défend plutôt bien.

Avantage : Magician Lord

 
Ambiance glauque et visqueuse garantie.
(Magician Lord)
Affrontement contre un samouraï dans un décor très japonais.
(The Revenge of Shinobi)

 
Cette mine abandonnée regorge de pièges.
(Magician Lord)
Dans ce stage, les ennemis ont tendance à se fondre dans le décor.
(The Revenge of Shinobi)

 

L'animation

Quelques zooms agrémentent l'animation de Magician Lord, cette dernière étant tout de même un peu trop raide. Les déplacements du héros n'ont rien de grâcieux et les ennemis sont succintement animés. Outre ses zooms et explosions, Magician Lord fait étalage de ses scrollings différentiels donnant une bonne impression de profondeur.
Le jeu signé Sega ne dispose d'aucun zoom, rotation ou autre à proposer. En contrepartie, Joe Musashi a plus d'aisance qu'Elta, sans toutefois être un modèle du genre. Enfin les scrollings différentiels (autant horizontaux que verticaux) sont présents.
Quelques effets d'un côté, une animation un peu mieux faite de l'autre, on peut les mettre à égalité.

Avantage : Égalité

Elta comme ses ennemis ne sont pas très bien animés.
(Magician Lord)
Joe Musashi fait le grand ménage dans une usine de voitures.
(The Revenge of Shinobi)

 

Le son

Avec Magician Lord, la musique vous transportera dans un monde magique et dangereux. Les mélodies sont tout à fait appropriées et leur qualité n'est pas en reste. Quant aux bruitages, s'ils sont classiques, ils se distinguent par la voix du l'ennemi principal, Gil Agiese, assez réussie mais manquant de clarté.
The Revenge of Shinobi a pour lui des musiques composées par Yûzô Koshiro. Bien que leur orchestration soit un peu moins bonne, elles se montrent au moins aussi entraînantes et travaillées. Certaines resteront un sacré moment dans la tête, comme "Ninja Step". Un Sound Test permet d'en profiter tranquillement. En revanche côté bruitages, le jeu d'Alpha Denshi reste un bon cran au-dessus.
Magician Lord gagne ici de peu face à une Revenge of Shinobi qui a pour lui des mélodies de premier ordre.

Avantage : Magician Lord

 
Alpha Denshi a su insuffler une ambiance réussie à son jeu.
(Magician Lord)
Le travail fourni par Yûzô Koshiro est absolument impeccable.
(The Revenge of Shinobi)

 

La maniabilité

L'originalité de Magician Lord est la possibilié, pour le héros, de se transformer en six êtres différents (dont un Shinobi !), soit un total de sept possibilités. Chacun a ses propres caractéristiques : tir, déplacement, saut. Il en résulte une grande variété au niveau de la jouabilité. Cela ne doit toutefois pas occulter des soucis de précision dans les déplacements et, surtout, lors de certains sauts.
The Revenge of Shinobi ne propose aucune transformation, ce qui n'empêche pas son héros d'user également de magies. Il en a quatre à sa disposition, chacune servant dans des situations bien précises. Les sauts (qui peuvent être doubles) sont bien plus précis mais la maîtrise totale du double saut demandera un peu de pratique. Quant aux possibilités de déplacement, elles sont assez étendues. On peut marcher accroupi, descendre d'une plate-forme quand on veut, etc.
Le jeu de Sega prend ici l'avantage.

Avantage : The Revenge of Shinobi

 
Le Raijin (ou Dieu du Tonnerre) est l'une des transformations possibles d'Elta.
(Magician Lord)
Joe use de sa magie ninja pour se débarrasser d'une donzelle bien agressive.
(The Revenge of Shinobi)

 
Transformé en dragon, Elta peut viser en diagonale.
(Magician Lord)
Attention aux bambous acérés qui agrémentent cette vieille maison.
(The Revenge of Shinobi)

 

La durée de vie

Magician Lord possède huit niveaux à parcourir. Et cela ne sera pas un parcours de santé, tant le jeu est difficile. Même avec les crédits infinis, il faudra courage et détermination pour en venir à bout. Il existe deux sets différents, dont un est moins ardu, du fait qu'on recommence là où on est mort. Le titre d'Alpha Denshi demandera beaucoup de temps pour être fini proprement, c'est-à-dire sans mourir à tout-va.
De son côté, The Revenge of Shinobi dispose également de huit niveaux, mais avec à chaque fois deux sous-niveaux bien différents. Il se montre bien difficile, mais un peu moins que son concurrent.
Plus long tout en étant assez délicat à terminer, The Revenge of Shinobi fait preuve d'une meilleure durée de vie que Magician Lord.

Avantage : The Revenge of Shinobi

Ce boss demandera patience et réflexes pour libérer son grimoire.
(Magician Lord)
Ce boss possède un katana qui ne donne pas envie d'aller le titiller !
(The Revenge of Shinobi)

 

Verdict : Magician Lord

Si Magician Lord remporte la victoire aux points, il convient de nuancer. The Revenge of Shinobi se montre supérieur à deux chapitres cruciaux : la maniabilité et la durée de vie. Les adeptes de plates-formes ne seront pas du tout déçus par le titre de Sega, ce dernier proposant par ailleurs des musiques plus que réussies. De son côté, Magician Lord l'emporte au final surtout grâce aux capacités de la Neo·Geo qui n'ont rien à voir avec celles de la Mega Drive. Dans les deux cas, nous avons de la plate-forme de qualité et le joueur averti ne s'y trompera pas : il faut les essayer tous les deux, si cela est possible.

Tarma

 
Le bilan
 
 

Les graphismes

L'animation

Le son

La maniabilité

La durée de vie

 
     

Retour aux comparatifs

Retour à l'accueil

   




 

SITES FILS