World Heroes 2
 
 

 
     

Outre l'arrivée immanquable de Street Fighter II en 1992, la 16-bit de Nintendo a connu une autre période faste en matière de jeu de combat. L'été 1994 est l'occasion d'un véritable défilé de titres plus séduisants les uns que les autres et à peine un jeu est déballé que le suivant est déjà annoncé en magasin. Capcom tire le premier le 25 juin avec son Super Street Fighter II, lourd de 32 Mbits, mais il se fait rapidement rejoindre par les Fatal Fury Special (29 juillet), Mortal Kombat II (9 septembre) et autres Samurai Shodown (22 septembre). C'est au beau milieu d'un telle quantité de jeux de combat que Saurus développe une adaptation de World Heroes 2 et l'édite au Japon le 1er juillet. Aux États-Unis, c'est Takara qui s'en charge. Et en Europe ? Rien du tout ! World Heroes 2 ayant à la base une réputation de jeu de second choix et l'été 1994 étant particulièrement riche en jeux de combat, sa tâche s'annonce des plus délicates.

En passant de 146 à 24 Mbits, le régime imposé est l'un des plus sévères parmi les adaptations de jeux Neo·Geo sur Super NES. L'intro passe malheureusement et logiquement à la trappe. On n'a plus qu'un écran titre accompagné de la musique d'intro de l'originale, c'est tout.

À propos des modes mis à disposition, on a le minimum pour un jeu adapté de l'arcade : 1P Game Mode, VS Battle Mode et Options. Pour le Survival ou le Time Attack, il faudra aller voir ailleurs.

1P Game Mode

Le premier mode de jeu permet de retrouver la version Neo·Geo, non sans quelques restrictions techniques sur lesquelles nous reviendrons. Côté quantitatif, tout est là : les 14 personnages, les deux systèmes de jeu, etc. Petit regret, les Bonus Stages ont disparu. Si on appuie sur le bouton Start de la deuxième manette, on commence logiquement un versus. Et c'est un vrai mode versus, comme sur Neo·Geo, c'est-à-dire avec changement de combattant possible pour le gagnant. Mais il y a mieux...

VS. Battle Mode

Eh oui, ce mode VS. Battle est encore plus complet. Outre le confort qui vient d'être décrit, ce mode propose deux personnages supplémentaires à jouer, Neo Geegus et Dio, boss du jeu. On a également droit au choix du décor, du type de barre de santé et d'activer ou non une limite de temps. Contrairement au grand rival Super Street Fighter II, aucun réglage de handicap n'est prévu au programme.

Options

Si World Heroes 2 est assez pingre en modes de jeu, il se rattrape sur les réglages proposés. Huit niveaux de difficulté (contre quatre dans la version originale), trois vitesses de jeu, limite de temps, barres de santé, attribution des boutons et son. Concernant les barres de santé, on peut en effet les choisir comme dans la version arcade (elles dépendent alors du mode joué), normales (une par combattant) ou unique et ce, pour les deux modes de jeu. Cela pourra convenir à ceux qui n'aimaient pas le principe de la barre unique sur Neo·Geo dans son mode Death Match tout en profitant des arènes piégées. Quant au réglage de la manette, on retrouve le même choix que dans l'adaptation du premier World Heroes : frapper avec deux boutons ou quatre, avec deux niveaux de force.

Que l'on joue en mode 1P Game ou en VS. Battle, on retrouve ce qui constitue la moelle épinière de World Heroes 2 : le choix entre jeu normal et Death Match. À l'occasion du passage sur Super NES, ce dernier devient d'ailleurs Survival Match, alors que sur Super Famicom, il garde son nom originel. La barre de vie unique, les pièges, on retrouve tout ce qui fait le sel de ce mode atypique et hélas abandonné sur Neo·Geo dans World Heroes 2 Jet.

Si les pertes quantitatives sont assez faibles, il en va autrement de la qualité. Première chose, la résolution graphique est diminuée de quelques 30 %. Autre aspect, le nombre de détails dans les décors. En passant de 146 à 24 Mbits, il y a inévitablement des choses qui ont dû être jugées dispensables par les programmeurs de chez Saurus. Il en résulte une adaptation qui certes garde tout à fait l'esprit de son modèle, mais reste d'une qualité visuelle indéniablement inférieure.

Version Super NES
Version Neo·Geo

Concernant l'animation, c'est naturellement un peu simplifié, le tout avec des personnages plus petits que dans la version originale. Il faut avouer que déjà, sur Neo·Geo, les combattants n'étaient pas très grands. Sur Super NES, cela devient franchement limite, même si on reste bien au-dessus d'un Samurai Shodown. Les décors originaux qui profitaient d'un sol avec scrolling ligne par ligne disposent également de cet artifice visuel sur la 16-bit de Nintendo. Toujours du côté des effets, les flammes et l'électrocution demeurent, et on a même l'ajout d'un petit effet mosaïque pour l'annonce du début de match.

Le son est du même calibre que le visuel. C'est bien World Heroes 2, pas de souci à ce sujet. Les musiques sont donc inégales, certaines réussies, d'autres complètement insignifiantes. Cela étant, elles s'affirment bien moins que sur Neo·Geo et se montrent comme qui dirait... plus feutrées. L'échantillonnage est correct mais sans plus. On reste par exemple au-dessous d'un Super Street Fighter II. Autre petit regret, elles sont coupées à chaque fin de round, contrairement à la version arcade. Les bruitages et digitalisations vocales sont au rendez-vous, mais un peu trop assourdies. Il manque les annonces vocales des matchs, mais c'est malheureusement assez courant dans les adaptations de jeux de combat sur consoles 16-bit.

Finir le jeu contre la machine sera moins ardu que sur Neo·Geo. Les adversaires usent moins des contres et, surtout, s'ils le font, on peut davantage répliquer. Bref, le CPU n'est pas un adversaire qui a priorité absolue sur tout. Cet assouplissement est sans doute dû au fait que le public visé est avant tout là pour jouer alors que dans la version originale, il faut lui soutirer de l'argent à chaque crédit consommé.

Enfin la maniabilité est globalement préservée : enchaînements de coups rapides, renvois de projectiles, contre-saisies, tout y est. Certaines priorités ont changé et quelques enchaînements manquent à l'appel, mais pas de quoi crier au scandale.

 
Au final
 
 

World Heroes 2 sur Super Famicom / Super NES est un bon choix. Saurus a très correctement adapté le jeu signé ADK et le résultat est tout à fait convenable. Il lui manque une petite rallonge de mémoire pour s'affirmer davantage face à des rivaux plus séduisants. Avec 32 Mbits, on aurait plus avoir un bande-son plus pêchue, des personnages un peu plus grands, les Bonus Stages et/ou une véritable intro. En pesant 24 Mbits seulement, il est privé de tous ces luxes qui lui auraient permis de rivaliser pleinement avec ses concurrents.
On notera par ailleurs que l'adaptation PC Engine CD, tournant sur support à la base moins puissant, est largement plus séduisante.
Super Street Fighter II et Garô Densetsu Special, de conception plus récente et plus lourds, méritent davantage le détour. Voilà une bonne adaptation, mais pas une référence.

- Neo Geegus et Dio jouables en versus
- Nombreux décors, tous conservés
- Mode VS. Battle assez complet
- Options

- Disparition des Bonus Stages
- Disparition de l'intro
- Personnages un peu trop petits
- Bande-son moyenne

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS