View Point
 
 

Support :

 
     

View Point, le shoot them up mythique de Sammy, arrive sur PlayStation. Ce jeu est resté dans les mémoires d'une part du fait de sa bien belle réalisation, mais aussi de sa dificulté réputée titanesque. Pour vous rafraîchir la mémoire, suivez ce lien.

Cette adaptation est distribuée par Electronic Arts et développée par Visual Concepts. Il s'agit du tout premier jeu Neo·Geo adapté sur PlayStation : il sort d'abord en novembre 1995 aux États-Unis puis en juin 1996 en Europe (non, pas de version japonaise).

En débarquant sur 32-bit, View Point gagne au passage une petite intro qui dévoile (enfin) un peu de scénario. On y voit un vaisseau se faire attaquer et son assaillant prendre la fuite dans un vortex spatio-temporel. Bien entendu, vous le poursuivez, fou que vous êtes.


Les options sont correctement fournies : difficulté, réglage de la manette, sortie son, activation / désactivation des musiques ou des sons et mot de passe. En effet, ce View Point revu à la sauce PlayStation donne un court mot de passe pour chaque check point franchi, cela compense l'absence de sauvegarde de progression.

Il n'y a plus la rampe de lancement présente sur Neo·Geo (eh oui, ici on arrive par un vortex, rappelez-vous), le jeu débute donc directement par le premier niveau.

On retrouve les mêmes caractéristiques que sur Neo·Geo : le tir de base, le tir concentré, les tirs satellites, les trois bombes et le bouclier. Au sujet de ce dernier, sachez que si vous jouez en niveau Easy, vous en avez un dès le départ. Comme sur Neo·Geo, il protège de quelques tirs mais pas des collisions, ces dernières restant fatales. Ainsi, il est tout de même moins ardu de parcourir les 6 niveaux du jeu. Voici les deux premiers stages, présentés en images.

Stage 1
Stage 2

Les boss sont fidèles au poste, avec les même phases d'attaque que sur Neo·Geo. Garder les bombes pour eux sera bien utile, surtout lors des premières parties.

Le jeu est d'ailleurs le même en ce qui concerne son déroulement. Les stages sont les mêmes, les ennemis arrivent en nombre identique, les pièges sont similaires, etc.
Si le fond est strictement le même que sur Neo·Geo, il en va tout autrement de la forme. Comme vous l'avez sans doute remarqué, les graphismes ont été refaits. C'est plus fin (on passe d'une résolution de 304x224 pixels à 320x240 pixels), avec de nombreux effets visuels (éclairages, transparences). Voici une comparaison de captures d'écran :

Version PlayStation
Version Neo·Geo

Le résultat est techniquement meilleur, ça c'est indiscutable. Maintenant, sachez qu'en perdant son côté pixel art, View Point perd également en chaleur : il se voit doté de graphismes froids et métalliques. L'effort reste louable car tout le jeu a été refait, pixel par pixel. Il n'y a aucune reprise de la version originale, tout est à la fois nouveau et familier.

Du côté de la bande son, c'est encore plus déroutant. Cette fois, pas question de réorchestration, les thèmes musicaux sont carrément nouveaux. Un brin techno et sérieuse, elle colle bien au nouveau visuel du jeu. Cela fait très... "PlayStation", justement. Les puristes de la Neo·Geo préfèreront très probablement la version originale, plus funky. Le résultat est cependant plus que correct.

La jouabilité est identique à l'originale, sauf qu'ici on peut mettre le jeu en déplacement "diagonal". En fait, appuyer vers le haut fera avancer le vaisseau, au lieu de le faire monter à l'écran. Il faudra se résoudre à joueur seul, les développeurs n'ayant pas saisi l'occasion de rectifier le seul vrai défaut de la version originale.

Enfin, les temps de chargements sont imperceptibles, tant mieux !

 
Au final
 
 

Ce View Point déstabilisera et probablement qu'il ne plaira pas aux inconditionnels de la version Neo·Geo. Trop froid, trop transfiguré, il y a de quoi être perdu.
Cette adaptation demeure toutefois fort bien faite et constitue un très bon shoot them up pour qui veut découvrir ce jeu par la PlayStation.

- Graphismes plus fins
- Options plus nombreuses
- Un peu moins difficile en Easy
- Bande son refaite

- Impossibilité de jouer avec les graphismes et musiques d'origine
- Décors froids et un peu austères

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS