The King of Fighters '99 Evolution
 
 

Support :

 
     

Bien qu'il s'agisse du deuxième KOF affublé d'un "99" sur Dreamcast, c'est seulement avec ce jeu que nous avons affaire à l'adaptation du KOF '99 de la Neo·Geo. Chose qui ne gâche rien, cette adaptation sort assez rapidement, le 30 mars 2000, soit à peine 4 mois après la version Neo·Geo CD.
Qui dit rapidité, dit précipitation ? Il ne vaut mieux pas, la Dreamcast étant un support qui mérite des bons jeux et surtout, l'adaptation de KOF '98 ayant un peu déçu.

Si le logo SNK découpé au laser fait plutôt hi-tech, l'intro l'est beaucoup moins : c'est l'originale, un peu modifiée et surtout mise en cinématique mal compressée. C'est saccadé et pixellisé, au secours ! Vite, retirons la galette de la Dreamcast. Quoique, à y regarder de plus près, on nous présente deux personnages (Seth et Vanessa) et on entrevoit des célébrités du monde de la Neo·Geo tels que Billy Kane ou Alfred Airhawk. Le temps de se poser quelques questions quant à la qualité du jeu, on arrive à un écran-titre heureusement bien plus net.


Les modes proposés sont bien complets, on retrouve ceux de la version originale (pour en savoir davantage sur cette dernière, cliquez ici) et bien d'autres. Survival Time Attack, Survival Endless, NeoGeo Pocket, Extra Striker, Network, voilà largement de quoi s'occuper.

Le menu Game Option, déjà présent et bien complet sur la console de SNK, se trouve ici très nettement étoffé avec un compteur des heures de jeu et un menu d'ajustement de l'écran avec tous les paramètres indépendants : fond, barre de santé, compteur de strikers. En effet, on a parfois quelques soucis de centrage d'image quand on joue avec des jeux d'import sur nos téléviseurs français. Grâce à cette option astucieuse, tout sera forcément parfaitement centré.

L'écran de sélection des combattants comporte également son lot d'ajouts. Tout d'abord Krysalid est disponible sans aucun code. Ensuite apparaît une case Extra Striker, nous y reviendrons. Le fond est très technologique, un peu dans l'esprit de la séquence How to Play des versions Neo·Geo MVS, AES et CD. Amélioration appréciable, la phase où on doit décider de l'ordre de passage des combattants est plus intuitive, plus ergonomique.

Toujours du côté des ajouts, SNK a pensé à un bien joli écran de choix du décor en mode Versus. Petite précision, chaque décor a droit à deux variantes. Elles sont le plus souvent issues des stages évolutifs de la version originale. Par exemple, sur Neo·Geo on avait le stage des égouts d'abord bleu, puis orange. Ici, cela fait deux versions bien à part (on appuie sur ou pour passer de l'une à l'autre).

Et là, nouvelle surprise, si la version Neo·Geo comptait 6 stages, celle de la console à la spirale orange en a 8, modélisés en 3 dimensions. Et comme nous avons 7 équipes + 1 boss, cela fait 1 décor par équipe. D'ailleurs quand on joue contre le CPU, la console choisit 9 fois sur 10 la même équipe pour un stage donné. il est curieux que cela ne fonctionne pas à tous les coups...

Amusement Park
Un nouveau stage magnifique qui n'est pas sans rappeler le Dream Amusement Park de Fatal Fury.

Clock Tower
Second nouveau stage, une variante est à l'extérieur tandis que l'autre est à l'intérieur du clocher.

Laboratory
Le stage de Krisalid a été retouché avec des explosions énergétiques assez impressionnantes.

Hong-Kong
Très proche de la version originale, rien n'est à noter hormis une camionnette qui fait quelques passages et le caméo de Jûbei Yagyû en costume !

Airport
Voici le stage qui gagne probablement le plus en passant sur Dreamcast. Ici les avions atterrissent et décollent à ras des combattants. Effet garanti !

Museum
La première variante est identique à la version Neo·Geo avec son gros squelette de T. Rex. La seconde nous met sur une passerelle avec vue sur un mammouth.

Garden
Si sur Neo·Geo ce stage était extrêmement réussi, ici la Dreamcast n'apporte pas grand chose, en définitive. Cela étant, c'est un bien joli décor.

Sewer
Les égouts sont bien faits mais le plus important est à partir du round 3. Sur Neo·Geo, la passerelle descendait tout simplement dans un couloir pentu puis rectiligne. Ici, elle effectue des rotations sur elle-même, entre dans d'immenses salles, parcourt des couloirs...

Cerise sur le gâteau, chaque stage bénéficie d'une petite mise en scène utilisant leur conception en 3D. Voici par exemple celle d'une des deux versions du parc d'attractions.

Il est temps de faire un point sur cette histoire d'Extra Strikers. En fait SNK a ajouté quelques personnages qui ne peuvent être pris qu'en tant que strikers. On les achète dans le menu Extra Striker avec les points gagnés au fil des parties, puis on les prend dans la case du même nom à l'écran de sélection des personnages.
De base nous avons Seth et Vanessa, deux ex-agents du cartel Nests. Puis nous avons Fio, Kyô (classique), Daimon, Chizuru, Athena (écolière), Billy, Alfred, Gai et Syô. Chacun de ces strikers est disponibles en deux versions, Justice et Dark : le coup qu'ils font n'est pas le même (la moto de Syô est dévastatrice !). Seuls Seth et Vanessa n'ont qu'une seule version.

Pour rappel, le striker est une aide (les combats se font toujours à 3 combattants contre 3), le temps d'un coup. De base, on peut appeler son striker un nombre de fois limité, cela pouvant être modifié dans le menu Game Option.

En plus du principe du 3+1 vs. 3+1, tout est conservé : les coups spéciaux, les Desperation Moves à deux niveaux, les modes Counter et Armor, etc. L'habitué de la version originale sera en terrain connu.

D'ailleurs à propos des différents coups disponibles, ces derniers sont consultables dans une Command List fort utile. On y accède par le menu de la pause.

Enfin derniers bonus, il y a la possibilité de se connecter à une NeoGeo Pocket pour échanger des points ou à Internet pour naviguer, accéder à d'autres bonus (par exemple, l'intro de KOF: Dream Match 1999) ou télécharger des sauvegardes débloquées.

En fait il reste un ultime bonus, pour ceux qui auraient la curiosité de mettre le GD-rom dans un lecteur CD (ou DVD) d'ordinateur. On accède à des fichiers servant normalement à illustrer hors-ligne quelques pages web : images, musique, c'est assez sympa. Voici une de ces images.

La bande sonore est quant à elle strictement identique à celle de la Neo·Geo CD à ceci près qu'elle ne s'arrête plus pendant les courts chargements.

En ce qui concerne les décors, on a donc droit à de la 3D, comme pour KOF: Dream Match 1999. SNK n'a pas refait les mêmes erreurs : les textures sont plus réussies, la modélisation est d'un bon niveau et les personnages sont mieux intégrés. Pour y parvenir, les décors sont affichés en 320x240 pixels. Alors oui, le jeu est toujours en 640x480 pixels, mais l'image est juste étirée. On aurait pu espérer que SNK redessine entièrement les sprites des combattants pour les adapter à du 640x480.
Ajoutons à cela les effets de transparence introduits dans KOF: Dream Match 1999 et nous obtenons un résultat qui reste harmonieux et réussi.

Version Dreamcast
Version Neo·Geo

Alors, ce KOF '99 Evolution, que vaut-il ? Eh bien, ceux qui sont adeptes absolus de la Neo·Geo AES trouveront sans doute que les stages sont dénaturés, que les Extra Strikers c'est du bidon, que le son est moins "roots", que les timings du jeu sont modifiés, etc. Certes, mais le but de SNK n'est pas du tout de contenter ce public-là.
Ici le but est d'adapter KOF '99 tout en tenant compte du support. Nous avons un jeu plus fourni, avec une somptueuse bande sonore et de nombreuses fonctionnalités. L'habillage est refait à neuf et franchement la 3D ne dépare pas tant que cela.

Il y a cependant à redire sur ce KOF '99 Evolution. Tout d'abord, Seth et Vanessa ne sont pas à 100% jouables, c'est un peu dommage, mais SNK n'a sans doute pas voulu faire d'ombre au tout proche KOF 2000 sur Neo·Geo. Ensuite les stages en 3D et les musiques AST c'est très bien, mais pouvoir choisir avec les stages 2D et les musiques OST aurait pu contenter pas mal de joueurs. Enfin, le menu Art Gallery de la version Neo·Geo CD n'est pas présent, bizarre...

 
Au final
 
 

The King of Fighters '99 Evolution porte très bien son nom. Les puristes de la Neo·Geo trouveront à juste titre que cette vision façon Dreamcast du jeu de SNK manque justement de pureté, et pour cause. KOF '99 Evolution est une adaptation au sens premier du terme, c'est-à-dire qu'elle tire (partiellement) parti des capacités du support. On n'est pas du tout dans l'émulation.
Si vous pensez qu'une bonne adaptation doit absolument approcher au maximum de l'original, alors évitez ce jeu. Si pour vous une bonne adaptation peut s'écarter de la version d'origine tout en exploitant son support d'accueil, alors n'hésitez pas.

- Musiques issues de la version Neo·Geo CD
- Extra Strikers
- Kryzalid jouable de base
- Command List
- Décors en 3D

- Pas le choix entre décors 3D et 2D
- Pas le choix entre AST et OST
- Tout est en basse résolution

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS