The King of Fighters '96
 
 

Support :

 
     

Violent fighting to come again. As a year flew by from the excitement, we now declare the opening of our special team tournament again... In 1996!
Ce n'est pas sans un certaine joie qu'on joue à The King of Fighters '96, même si dans le cas présent ce n'est pas sur Neo·Geo. KOF '96 est l'épisode où la rivalité entre Kyô et Iori s'est réellement développée. C'est également une plongée dans le scénario de la saga Orochi, avec l'arrivée d'un boss plutôt charismatique. C'est enfin l'opus millésimé d'une année riche en très bons jeux arcade 2D autant sur Neo·Geo que du côté de chez Capcom, par exemple. Bref, la présence de ce KOF '96 est a priori une bonne chose pour les joueurs adeptes de la console de Sony ne possédant aucun système Neo·Geo.

KOF '96 par ci, KOF '96 par là... Il existe une probabilité infime (et inexcusable !) que vous ne connaissiez pas ce titre. Honte à vous, allez au plus vite réparer cette erreur !
Test de The King of Fighters '96 sur Neo·Geo

Cette galette argentée contient un menu d'accueil ressemblant fortement à celui de la version Neo·Geo CD, sauf pour la dernière ligne : Game Start, Demo Game, How to Play et Extra Mode.

Si on ne choisit rien ou si on sélectionne Demo Game, on a droit à la très jolie et dynamique intro du KOF '96 original. Ainsi peut-on découvrir - ou plus probablement redécouvrir - Violent fighting to come again... Quoi, un souci ? Ah, ça a déjà servi en intro de ce test. Bon, passons à la suite. Sachez que cette intro est la même que celle de la Neo·Geo CD et qu'elle est toujours autant pêchue.


How to Play vous permettra d'appréhender les commandes de base : croix pour les poings faibles, rond pour les pieds faibles, carré pour les poings forts et triangle pour les pieds forts. Enfin Extra Mode propose deux sous menus, à savoir écouter les musiques du jeu et visualiser les coups des différents personnages.

Assez de blabla et de promenade dans tous ces menus, sous menus et autres démos, le tournoi King of Fighters nous attend ! Game Start propose strictement les mêmes modes de jeu que sur Neo·Geo AES et Neo·Geo CD.
- Team Play : jeu arcade classique, par équipes
- Team VS : du pur Versus, avec changement de personnages pour le perdant et pour le gagnant
- Single Play : participez au tournoi KOF avec un seul personnage
- Single VS : affrontements de Versus à un contre un
- Survivor : comme son nom l'indique, survivez le plus lontemps possible avec un seul personnage
Enfin les options sont encore plus complètes que sur Neo·Geo, avec par exemple le style de jeu, la gestion de la barre de POW ou encore le réglage du mode de sauvegarde. C'est bon, cette fois on se lance !

La grille de sélection n'a pas bougé d'un pixel depuis la Neo·Geo. 27 personnages figurent au roster, chacun avec des motivations diverses et variées pour être à ce tournoi. Vengance, recherche de gloire, simple invitation, vous aurez de tout, SNK ne s'étant pas spécialement cassé la tête à offrir un "background" riche pour chaque équipe.

Par rapport à l'édition '95, on regrettera les départs d'Eiji Kisaragi et de Billy Kane, remplacés par les deux ex-secrétaires de Rugal, Vice et Mature. Yuri prend la place de Takuma dans l'équipe Art of Fighting, ce qui permet à Kasumi Tôdô de compléter la Women Team. Enfin une neuvième formation apparaît, et pas n'importe laquelle. Il s'agit de la Boss Team, composée de Mr Big (Art of Fighting et Art of Fighting 2), Geese Howard (Fatal Fury, Fatal Fury Special, Real Bout Fatal Fury et Art of Fighting 2) et Wolfgang Krauser (Fatal Fury 2 et Fatal Fury Special). Chizuru Kagura, premier boss, est la gardienne du sceau du pouvoir d'Orochi. Quant à Leopold Goenitz, boss de fin, il rêve de s'emparer de ce même pouvoir.

Daimon, Kyô et Benimaru
Joe, Terry et Andy
Ryô, Yuri et Robert

Ralf, Leona et Clark
Kensou, Athena, et Chin
Mai, Kasumi et King

Kim, Chang et Choi
Vice, Iori et Mature
Mr Big, Geese et Krauser

Chizuru Kagura
Leopold Goenitz

Un petit mot sur ce qui fâche les amateurs de jeux Neo·Geo sur cartouche : les temps de chargement. Ce n'est pas étourdissant (on reste loin de KOF '95 sur Saturn), mais il y a eu également bien pire.

Ne rêvez pas, ce n'est pas parce que la PlayStation est une console de génération ultérieure à la Neo·Geo que ce jeu va enterrer son homologue original. D'une part SNK n'a pas envie de ridiculiser le système qu'il utilise en arcade, d'autre part la PlayStation en serait bien incapable dans le domaine de la 2D stricte. Les décors sont toutefois très jolis et fidèles à leurs modèles, de même que les personnages.

Quand le jeu se met en mouvement, on est vite rappelé à l'ordre : on n'est ni sur Neo·Geo AES ou MVS, ni sur Neo·Geo CD, ni sur Saturn. Heureusement, le KOF '96 n'étant pas un jeu spécialement gourmand en étapes d'animation (ce n'est pas Art of Fighting 3), cela ne tourne pas au massacre.

Du côté des musiques, on a droit au compositions intrumentales de la Neo·Geo CD. Les amateurs apprécieront, tandis que les puristes qui ne jurent que par la cartouche regretteront que SNK ait abandonné le choix qu'il avait fait pour l'épisode '95 sur Saturn. Les bruitages sont tous présents, mais moins clairs que sur Neo·Geo.

La jouabilité donnera du fil à retordre. D'abord le jeu n'est pas très souple puis la manette à quatre directions (avec une croix assez fatigante à la longue) n'arrange rien à l'affaire. Avec un stick arcade et un peu de pratique cela ira mieux, sans égaler la Neo·Geo, certains timings ayant été modifiés (ne serait-ce que le recovery AB qui est plus dur à sortir, par exemple).

 
Au final
 
 

Bon alors, hit, bon choix, grosse daube ? KOF '96 sur PlayStation est (encore une fois) inférieur à ses homologues sur Neo·Geo AES, Neo·Geo CD et Saturn. Est-il pour autant raté ? Non, pas vraiment, mais il perd une bonne dose de sa saveur lors de ce passage chez Sony. Il n'est donc pas du tout indispensable car le contrat n'est pas honoré. Allez plutôt voir du côté de chez Capcom, les jeux de cet éditeur souffrent moins quand on y fait des coupes franches.

- Les options plus complètes
- Les musiques réorchestrées (sauf par rapport à la Neo·Geo CD et la Saturn)

- Animation encore plus raide que sur Neo·Geo
- Bruitages et digitalisations vocales de moins bonne qualité
- Jouabilité moins précise

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS