The King of Fighters 2002
 
 

Support :

 
     

KOF 2002 est en général considéré comme l'épisode des "koffeurs" purs et durs. Ceux élevés à la partie sur borne uniquement en versus et pratiquant un approfondissement du gameplay qui ferait passer le Grand Canyon pour un caniveau. La réalisation n'est que très secondaire dans ce genre de situation. Eh bien après avoir investi la Dreamcast en juin 2003, ce KOF arrive sur PlayStation 2 en mars 2004.

Avant de commencer quoi que ce soit, nous avons droit à une attention bien sympathique et désormais heureusement assez répandue : le choix entre un affichage en 50 Hz et en 60 Hz.

L'intro est la même que sur Neo·Geo à un détail près : la résolution est bien plus fine.


Le menu ressemble énormément à celui de la version originale, tant du point de vue du fond que de la forme. Signalons tout de même quelques petits changements : les modes Challenge et Gallery. L'écran de sélection des personnages offre lui aussi quelques surprises. D'une part Kusanagi et Rugal sont disponibles dès le départ. Ensuite, au gré des progrès dans le mode Challenge, vous pourrez débloquer Shingo, King (ces deux-là étant déjà présents sur Dreamcast), Orochi Iori, Goenitz et Geese.

Le reste est similaire à la version Neo·Geo : choix des combattants, choix de l'ordre, etc. Si, dans les options, on a choisi un affichage "Arcade", pas de surprise. Si on a opté pour le mode "Normal", les stages sont dans une résolution bien meilleure et disposent de nombreux éléments en 3D. De plus, les deux derniers sont carrément changés.

Japan
Korea
China
Netherlands
Cambodia
Mexico
Italy
Mid-boss
Final Boss

Si vous jouez avec l'affichage Arcade, c'est très homogène, bien que le rendu soit moins bon que sur Neo·Geo. Cela fait un peu émulateur mal réglé.
Du côté de l'affichage Normal, il y a bien plus à dire. D'abord les stages ont beaucoup gagné en finesse mais les spectateurs restent en 2D et semblent avoir importés de la version Neo·Geo et zoomés à la va-vite. Ils sont très mal intégrés. A propos de mal intégré, les combattants restent à l'état brut et font superposés aux stages mais des effets de transparence agrémentent désormais les coups. Ces stages restent évolutifs et quand la nuit tombe, ils prennent une très bonne ampleur en devenant fort agréables à l'oeil. Les deux nouveaux décors sont assez mal choisis mais ceux de la Neo·Geo n'étaient pas terribles. Pour résumer, ce mode Normal est inégal mais améliore sensiblement la version Neo·Geo.

Version PlayStation 2
Version Neo·Geo

Le son est identique à la version originale, c'est-à-dire très bon pour les bruitages et moyens pour les compositions. Il est dommage qu'aucune réorchestration ne soit proposée.

Du côté de la jouabilité, la manette Dual Shock 2 n'est pas ce qui se fait de mieux (ok, ça ne vaut rien et bonjour le mal aux pouces !), une manette arcade étant préférable. Les personnages ajoutés sont bien agréables mais l'équilibre de leur force vis-à-vis des personnages déjà présents à été négligé. Cela reste donc du bonus.

 
Au final
 
 

Cette adaptation de KOF 2002 sur PlayStation 2 ne s'adresse pas aux joueurs sérieux qui resteront à la version Neo·Geo MVS. Quant aux autres, ils trouveront un KOF qui dispose de changements visibles, parfois discutables, mais conférant à ce jeu encore plus de consistance. Le nombre de personnages est très élevé, un bon atout pour ce KOF. Même si on peut trouver des perles visuelles et techniques comme Street Fighter III 3rd Strike, il mérite que les amateurs de combat en 2D possesseurs de PS2 s'y attardent dessus.
Il est à noter que la version européenne est sur CD et non DVD, il en découle des temps de chargement plus longs que pour la version japonaise.

- Shingo, King, Orochi Iori, Goenitz et Geese à débloquer
- Choix entre décors en 3D plus fins et décors en 2D

- Éléments 2D très mal intégrés aux stages 3D
- Pas d'AST
- Chargements (sur PS2 Pal)

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS