Fatal Fury
 
 

 
     

En cet été 1993, la Mega Drive attend toujours en vain son Street Fighter II', tel le messie, le hit de Capcom se faisant terriblement désirer après quelques photos prometteuses. Le combat sur la console de Sega se résume au classique beat them up, à part quelques jeux confidentiels comme Street Smart et à un seul jeu sorti au Japon le 23 avril 1993, Garô Densetsu. L'arrivée d'une version occidentale (Fatal Fury) permet donc aux amateurs du genre de se rabattre sur ce titre, une adaptation signée Takara. En passant de la Neo·Geo à la Mega Drive, Fatal Fury se voit réduit de 55 à 12 Mbits, ce qui suppose des concessions.

Une intro sympa mais différente de la version Neo·Geo reprend la jaquette du jeu original en version japonaise, "The Battle of Destiny".


Plusieurs modes de jeu sont proposés, 1P Game Start qui correspond au jeu de la Neo·Geo, VS Game Start et des Options complètes. Réglage du niveau de difficulté, nombre de crédits, limite de temps, présence ou non de musiques, réglage de la manette, Sound Test, tout y est.

Pas de réelle surprise en mode 1P Game Start. On retrouve Terry, Andy et Joe. On choisit toujours parmi quatre adversaires et c'est parti jusqu'au combat final contre Geese. Les écrans sont simplifiés, le mode pour deux joueurs en coopération disparaît ainsi que deux adversaires : Hwa Jai et Billy Kane. Pour compenser - en partie - ce dernier point, les deux héros qu'on ne choisit pas viennent proposer un défi.

Le mode VS Game Start propose un vrai versus (avec changement de personnage pour la gagnant), des combats contre le CPU ou même de regarder une démonstration ! Quel est l'intérêt de jouer contre le CPU ? Eh bien, ici tous les personnages sont disponibles, Geese Howard (boss charismatique parmi les boss) nécessitant toutefois un tip.
Ajoutons à cela la possibilité de choisir son décor et nous obtenons un mode Versus complet.

Les stages sont les mêmes que sur Neo·Geo, exceptés bien sûr ceux de Hwa Jai et de Billy Kane qui manquent à l'appel. Comme dans la version originale, la nuit tombe au fil des rounds : jour, soir et nuit.

Pao Pao Café
The West Subway
Howard Arena
Sound Beach
Dream Amusement Park
Geese Building

Bien entendu, la réalisation est inférieure à la version Neo·Geo. Les décors perdent beaucoup en finesse ainsi qu'en couleurs. La plus grande perte se situe au niveau des détails, les décors devenant bien vides.

Mega Drive
Neo·Geo

Quant à l'animation, elle est plus hâchée et ralentit parfois mais les personnages restent imposants pour une Mega Drive. Les décors sont sommairement animés ; ce qui, avouons-le, était déjà le cas sur Neo·Geo dans une moindre mesure.

Un bon point pour la bande-son avec des bruitages corrects qui ne grésillent pas trop et des musiques convaincantes. Convaincantes, si on ne connaît la version originale. On pourra dire au revoir aux chants envoûtants du Pao Pao Café, sans compter qu'il manque deux thèmes.

Quand on dit que Hwa Jai et Billy Kane sont absents, ce n'est qu'en partie vraie. Takara leur a fait faire un caméo dans les stages de Richard Meyer et de Duck King.

Ce Fatal Fury pour la Mega Drive ne se définit pas que par des manques. Il y a également des améliorations appréciables. D'abord tous les personnages jouables (sauf les fameux absents). Ensuite un vrai mode Versus et de vraies options donnent du corps au jeu. Puis nous avons une jouabilité similaire à la version japonaise. Pour rappel, Fatal Fury sur Neo·Geo proposait des manipulations assez peu pratiques en versions européenne et américaine alors qu'en version japonaise, cela allait mieux. Cette jouabilité est par ailleurs complétée avec de nouveaux coups pour les adversaires ou relookés comme le Tiger Kick de Joe, bien plus esthétique qu'avant.

Mega Drive
Neo·Geo

Tout cela sans compter le fait que le changement de plan devient réalisable à volonté et devient donc intéressant. Ajoutons enfin que les coups spéciaux enlèvent moins de vie.

 
Au final
 
 

Bien sûr, Fatal Fury sur Mega Drive reste surclassé par la version Neo·Geo, mais là n'est pas le propos. Plus réussie que son homologue sur Super NES, cette adaption Mega Drive réussit à convaincre, au prix d'importantes concessions.
Malgré les limitations techniques de la machine et une taille modeste de 12 Mbits, Takara nous propose une adaptation très sympathique qui sera trop vite éclipsée par un Street Fighter II' certes meilleur, mais tellement attendu...

- Tous les personnages du jeu sont jouables par les deux joueurs, même contre le CPU
- Options plus fournies
- Personnages imposants
- Ajouts de coups pour certains personnages

- Absence de Hwa Jai et de Billy Kane
- Plus de mode coopération
- Graphismes très granuleux

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS