Art of Fighting Anthology
 
 

Support :

 
     

Parmi toutes les séries que SNK a faites, il en est une qui a particulièrement mis en avant les capacités de la Neo·Geo par rapport à ses concurrentes : Art of Fighting. D'abord le premier épisode impressionna de par ses personnages gigantesques ainsi que des effets de zoom étonnants. Puis vint Art of Fighting 2, plus coloré, plus abouti, plus difficile : bref, plus fort. Enfin, SNK sortit Art of Fighting 3 en pleine période d'essor des jeux de combat en 3D, la jouabilité en était très proche.

Pour ceux qui seraient perdus, un petit cours de rattrapage s'impose :
- test d'Art of Fighting
- test d'Art of Fighting 2
- test d'Art of Fighting 3

À présent que cette série n'existe plus et que la Neo·Geo n'est plus exploitée, SNK Playmore propose sur PlayStation 2 une compilation des trois épisodes à prix réduit.

Avant de se lancer dans les rues de Southtown ou de Grashill Valley, quelques réglages sont disponibles : gestion de la carte-mémoire, réglage des commandes de jeu, taille d'écran et activation d'un filtre, choix d'une bande sonore originale ou réorchestrée et personnalisation des couleurs des personnages. Cerise sur le gâteau, le mode 60 Hz est proposé, chose pas évidente après le désastreux Metal Slug Anthology. L'écran de sélection des jeux est assez sympathiques avec des portraits aléatoires, une occasion de revoir les jolies illustrations de Shinkirô.

Dans Art of Fighting, le but est de parcourir Southtown et de retrouver Yuri, la sœur de Ryô, kidnappée par Mr Big. C'est un prétexte à une distribution de mandales en bonne et dûe forme.
Art of Fighting était strictement identique sur Neo·Geo AES et Neo·Geo CD, hormis les temps de chargement. Les musiques étaient les mêmes, sans aucune modification pour le CD. Ici, nous aurons droit à de toutes nouvelles orchestrations (si vous avez choisi les musiques "Arrange"), différentes de celles de la version PC Engine.
Autre ajout, la possibilité de prendre Mr Big et Mr Karate en mode Versus dès le début du jeu, nul besoin d'astuce fastidieuse.
Au chapitre des bizarreries, nous avons un écran-titre moins bien animé (comme l'émulateur Winkawaks, quelle coincidence...) ainsi que des Bonus Stages qui ne sont plus annoncés par une voix. Laquelle disparaît également de l'intro du jeu.

Avec Art of Fighting 2, c'est l'occasion de participer à la toute première édition du tournoi King of Fighter, se tenant à Southtown. L'ambience, gros point fort du jeu original, est ici intacte.
En passant à Art of Fighting 2, on a un jeu plus fidèle à l'original : mêmes options, aucun ajout particulier, les musiques réorchestrées existant déjà sur Neo·Geo CD.
Cette compilation étant basée sur un émulateur, on retrouve la même difficulté que sur Neo·Geo et les mêmes techniques de fourbe permettent d'y survivre.

Quant à Art of Fighting 3, il prend place à Grasshill Valley et non plus à Southtown. Centré sur Robert, c'est l'épisode qui pousse le plus le côté scénario.
S
son cas est un peu particulier, ce jeu étant le seul très nettement mieux sur Neo·Geo MVS ou AES que sur Neo·Geo CD. Les personnages sont franchment trop petits sur cette dernière. Inutile de s'alarmer, SNK Playmore a inclus ici la version Neo·Geo AES avec les deux boss débloqués ainsi que les personnages imposants. Fin du fin, nous avons les musiques de la Neo·Geo CD. Imaginez, le rêve de tout possesseur de Neo·Geo CD enfin à portée de manette : les personnages énormes avec une bande son réorchestrée !
Seul bémol : deux inversions de thèmes en ce qui concerne les musiques "Arrange". Cela reste peu perceptible car il faut parfaitement connaître les versions Neo·Geo AES et Neo·Geo CD pour s'en rendre compte.

Mis à part les ajouts ou manques signalés, on retrouve les mêmes jeux que sur Neo·Geo. Animation raide dans Art of Fighting et Art of Fighting 2 et très fluide (bien que raide aussi !) dans Art of Fighting 3. La jouabilité est évidemment moins bonne sur une manette de base que sur un stick taillé pour les jeux d'arcade.
Enfin, on pourra regretter qu'aucun bonus réel ne soit ajouté (Art Gallery, interview, stages refaits...) et qu'il manque quelques fonctionnalités plus modernes comme le mode Traning ou la Command List pendant la pause.

Du côté des temps de chargement, c'est du tout bon : un seul au début de chacun des trois jeux. Ensuite, on se croirait sur Neo·Geo AES.

Bien évidemment, une telle compilation s'adresse avant tout aux adultes qui ont connu les jeux vidéo des années 90, particulièrement ceux qui ont apprécié la Neo·Geo. Les ados qui ne jurent que par Tekken, Soul Calibur et leur 3D très moderne et flatteuse riront bien en voyant une telle antiquité.

 
Au final
 
 

Disons-le immédiatement, Art of Fighting Anthology est très largement plus réussi que son confrère Metal Slug Anthology. Il n'y a quasiment aucune erreur et les quelques ajouts, notamment les musiques réorchestrées d'Art of Fighting, sont les bienvenus. Cela manque un peu de bonus et il reste quelques "boulettes", mais vu le prix très raisonnable, il n'y a pas de raison de s'en priver si on aime cette série.

- Musiques réorchestrées dans les trois épisodes
- Mr Big et Mr Karate jouables dès le départ dans Art of Fighting
- Wyler et Sinclair jouables dès le départ dans Art of Fighting 3
- Mode 60 Hz proposé


- Pas de mode Training
- Pas de Command List
- Quelques voix manquantes dans Art of Fighting

Tarma

 
     

   




 

SITES FILS